Raja Zaatra, à la tête de l’unité de communication de a liste arabe unie a déclaré que l’État islamique était « inspiré » par le sionisme et que le Hamas n’est pas une organisation terroriste, lors d’une conférence sur les élections organisée par l’Université Bar-Ilan.
.
« D’où l’EI a-t-il appris ces crimes ? Regardez ce que le mouvement sioniste a fait en 1948. Les viols, les pillages, les massacres ont tous été réalisés ici aussi, » rapporte le site News1, qui cite les propos de Zaatra.

Interrogé pour savoir si le Hamas est une organisation terroriste, Zaatra a répondu : « Non, un peuple vivant sous occupation a le droit de résister à l’occupation ».

L’Union sioniste a sévèrement condamné la comparaison entre l’EI et le sionisme.

Dans une déclaration conjointe, les chefs de l’Union sioniste ont appelé les chefs de la Liste arabe unie à prendre leurs distance vis-à-vis des propos tenus par le chef de l’unité de communication du parti arabe.

« La comparaison entre les experts terroristes inhumains de la décapitation à une nation qui renaît et qui a tellement apporté au monde est méprisable et montre l’ignorance et la haine. Nous croyons que les citoyens arabes d’Israël attendent de la Liste arabe qu’elle fasse avancer leurs droits et leurs besoins et qu’elle résolve leurs problèmes économiques et sociaux, au lieu d’attiser la haine et les mensonges. Ceux qui prétendent parler au nom de la liste commune nuisent à la volonté des deux [communautés] : Arabes et Juifs à coexister ».

Amos Yadlin palabre sur la participation de Baruch Marzel

Le candidat de l’Union sioniste au poste de ministre de la Défense, Amos Yadlin, a quitté le rassemblement électoral tenu à l’Université Bar-Ilan après avoir constaté que l’activiste de droite Baruch Marzel était l’un des participants.

Yadlin avait été notifié à l’avance que Marzel ne prendrait pas part à l’événement, a déclaré un porte-parole à la radio israélienne, mais l’Union des étudiants de l’Université Bar-Ilan a nié tout accord sur la question.

Un représentant de Yadlin a indiqué qu’il savait qu’il y aurait des personnalités publiques qui ne partagent pas ses points de vue, « mais seulement ceux qui chérissent la démocratie. »