La ville de Ramallah, le siège de l’Autorité palestinienne (AP), baptisera une rue au nom du dictateur cubain décédé Fidel Castro, en « geste de gratitude ».

« Castro a courageusement fait face au monde, le peuple palestinien l’admire et l’aime », a déclaré l’AP dans un communiqué, selon l’agence de presse juive d’Amérique latine Iton Gadol.

La décision a été prise par le Conseil central de la ville « en reconnaissance du soutien de Castro au peuple palestinien et à son ancien dirigeant Yasser Arafat. »

Située à dix kilomètres au nord de Jérusalem, Ramallah est de facto la capitale administrative de l’AP, où Arafat avait établi ses quartiers généraux, la Mouqataa.

Le Fatah, parti du président de l’AP Mahmoud Abbas, avait publié un communiqué déplorant le décès de Castro, et déclarant qu’il était « un dirigeant mondial et un grand ami du peuple palestinien. »

En 1973, Castro avait brusquement annoncé la rupture des relations avec Israël et déclaré qu’il reconnaissait l’Organisation de libération de la Palestine (OLP).