Quelques heures après qu’un jeune Palestinien a saisi un couteau et qu’il a tenté de poignarder deux clients dans un de ses magasins, le magnat de la distribution israélienne Rami Levy a juré que sa chaîne continuerait de fonctionner normalement.

« Nous n’allons pas laisser cela nous affecter ou changer notre routine, » a déclaré Rami Levy aux journalistes sur les lieux de l’attaque à Mishor Adumim, à l’Est de Jérusalem.

Deux personnes ont été légèrement blessées dans l’attaque de mercredi après-midi, qui a eu lieu à l’intérieur d’un supermarché de la chaîne dans une zone industrielle située en Cisjordanie.

Levy, dont la chaîne a une présence importante en Cisjordanie et dont le nom est populaire auprès des Israéliens et des Palestiniens, a déclaré que l’incident ne changerait rien aux habitudes de ses clients. Il a également affirmé qu’il allait continuer à employer des travailleurs arabes et juifs.

« Cela s’est aussi produit dans le centre [d’Israël], et dans des lieux beaucoup moins dangereux. Nous éloigner de ces lieux, c’est ce qu’ils veulent, c’est leur objectif, et nous n’allons pas le leur permettre. J’invite les gens à venir plus souvent, dans ce magasin-là et dans chaque endroit où il y a un coup de couteau, tout comme j’appelle les gens à venir plus souvent à Jérusalem » a lancé Rami Levy.

Fidèles à sa parole, quelques heures après l’attaque, les clients poussaient de nouveau leurs chariots et choisissaient leurs produits dans les allées du supermarché comme un mercredi soir normal, malgré une présence policière et militaire renforcées.

L’agresseur, qui a été blessé à la jambe par un membre du service de sécurité du Premier ministre – qui n’était pas en service – qui se trouvait dans le magasin, a été identifié comme un garçon de 16 ans, originaire de la ville cisjordanienne d’Al-Azariya en périphérie de Jérusalem, et qui est arrivé dans le supermarché avec deux complices de sa ville natale.

Levy a souligné que le terroriste n’a jamais travaillé dans son magasin, qui compte 180 employés.