Rami Levy, propriétaire de la chaîne de supermarchés du même nom, et trois de ses associés ont été arrêtés dimanche. Ils sont soupçonnés de fraude et d’abus de confiance durant la construction d’un centre commercial.

La police a indiqué que deux hommes d’affaires, un conseiller municipal et le dirigeant d’un journal local avaient été arrêtés dimanche matin tôt, et que leurs bureaux et leurs domiciles avaient été perquisitionnés par les enquêteurs de l’unité Lahav 433, spécialisée dans la lutte contre la corruption.

Il a ensuite été précisé que Levy était le suspect principal de l’affaire. Les autres détails de l’enquête sont sous embargo.

La police a précisé que les arrestations avaient eu lieu après une enquête de plusieurs mois sur la gestion de la construction d’un centre commercial dans un conseil régional dont le nom n’a pas été divulgué.

Levy aurait apparemment été exempté de payer 20 millions de shekels d’impôts pour l’un de ses projets.

Le magnat israélien Rami Levy, propriétaire d'une chaîne de supermarché (Crédit : Yossi Zamir/Flash90)

Le magnat israélien Rami Levy, propriétaire d’une chaîne de supermarché (Crédit : Yossi Zamir/Flash90)

Selon les informations, Levy aurait demandé une approbation municipale pour ajouter 3 000 m² au centre commercial qu’il était en train de construire. Les permis ont été approuvés par le conseil municipal, et le paiement de quelque 20 millions de shekels de diverses taxes a été suspendu par le conseil, apparemment au nom du maire.

L’épouse du maire a ensuite été employée pour être la directrice du marketing du centre commercial, et un membre du conseil municipal a été nommé directeur exécutif du centre.

Levy possède une chaîne de supermarchés qui porte son nom et se retrouve dans tout le pays, ainsi que d’un réseau de téléphonie mobile. Il s’est aussi lancé récemment dans la promotion immobilière.

Entrepreneur respecté, il avait été choisi en 2015 pour allumer l’une des torches de la cérémonie de Yom HaAtsmaout, ce qui est considéré comme un – très – grand honneur.

Levy a déjà eu des problèmes judiciaires : en 2016, la police avait recommandé sa mise en examen pour utilisation illégale d’informations sur ses employés et ses concurrents, provenant de son entreprise de téléphonie.

Selon les médias, Rami Levy a annoncé dimanche le retrait du marché des actions de sa compagnie jusqu’à nouvel ordre.