Des ministres et des députés de la coalition ont affirmé qu’Israël devait annuler les tentatives de relance des négociations de paix avec l’Autorité palestinienne (AP) suite à l’attentat de mardi matin à l’extérieur de l’implantation de Har Adar.

Trois officiers de sécurité israéliens ont été tués et un autre grièvement blessé dans l’attentat, qui a eu lieu quelques heures après l’arrivée dans le pays de l’envoyé spécial américain Jason Greenblatt, qui vient poursuivre les discussions sur la reprise des négociations de paix entre Israéliens et Palestiniens.

Avigdor Liberman, le ministre de la Défense, a accusé l’AP de l’attentat et l’a comparé au terrorisme islamique qui frappe dans le monde entier.

« L’Autorité palestinienne continue d’inciter au meurtre de Juifs et de louer et de rendre hommage aux meurtriers », a-t-il déclaré dans un communiqué, affirmant que « le climat d’incitation [à la violence] sur tous les réseaux médiatiques et sociaux entraîne des attaques terroristes contre les citoyens de l’Etat d’Israël. »

Avigdor Liberman, ministre de la Défense, à la Knesset, le 10 juillet 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Avigdor Liberman, ministre de la Défense, à la Knesset, le 10 juillet 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« Il n’y a pas de différence entre le terrorisme palestinien, qui est institutionnellement nourri et alimenté, et le terrorisme islamique radical qui mène des attentats en Europe et ailleurs dans le monde. Avant de parler de négociation quelconque, le monde doit demander à ce que l’AP cesse d’inciter et d’attiser les flammes du terrorisme. »

Yisrael Katz, le ministre des Transports et des Renseignements, a déclaré que « Mahmoud Abbas incite [à la violence] contre Israël aux Nations unies et un terroriste palestinien tue trois Israéliens et en blesse un. »

Il a souligné le fait que le terroriste avait le droit de travailler dans l’implantation, affirmant que cela aurait de « graves implications pour la capacité à employer des Palestiniens et à faciliter leurs conditions de passage. »

Il a ajouté que « l’attentat est aussi un message adressé à l’envoyé spécial américain Greenblatt, qui est aujourd’hui en Israël. La sécurité d’Israël était et reste la considération suprême de la politique du gouvernement, et est au-dessus de toute autre considération d’amélioration et de facilitation des vies des Palestiniens. »

Tzipi Hotovely, vice-ministre des Affaires étrangères, a déclaré que l’attentat avait pour objectif d’envoyer un message avant les négociations entre Israël et les Palestiniens sous l’auspice des Etats-Unis.

La vice-ministre des Affaires étrangères Tzipi Hotovely donne une conférence de presse dans une usine située dans la zone industrielle de Barkan, près d'Ariel en Cisjordanie, le 3 novembre 2015. (Crédit : AFP/Menahem Kahana)

La vice-ministre des Affaires étrangères Tzipi Hotovely donne une conférence de presse dans une usine située dans la zone industrielle de Barkan, près d’Ariel en Cisjordanie, le 3 novembre 2015. (Crédit : AFP/Menahem Kahana)

« Le terrible attentat de ce matin à Har Adar est la réception que les Palestiniens ont préparée pour l’envoyé américain Greenblatt, a-t-elle dit dans un communiqué. Les efforts américains doivent se concentrer d’abord et avant tout sur l’arrêt du terrorisme palestinien meurtrier, avant toute autre chose. Il ne peut pas y avoir de négociations avec ceux qui ne font qu’attiser les flammes du terrorisme et continuent de payer les familles des terroristes. »

Sur les lieux de l’attentat, Gilad Erdan, le ministre de la Sécurité intérieure, a déclaré que la police était en alerte en raison de la période des fêtes juives, mais qu’il n’y avait pas eu d’avertissement particulier pour une attaque imminente. Il a ajouté que cet acte ne devait pas être considéré comme une attaque de « loup solitaire » en raison du contexte d’incitation et d’extrémisme islamique, et que les violences n’avaient rien à voir avec le conflit territorial des Palestiniens avec Israël.

« Nous sommes dans une période d’attaques de loups solitaires, mais elles sont basées sur l’islam radical et l’incitation, a-t-il dit. Il est impossible ici de parler d’une lutte territoriale nationaliste, ce qui prouve que le conflit est religieux, et non territorial. »

Nickolay Mladenov, coordinateur spécial des Nations unies pour le processus de paix au Moyen Orient, a condamné l’attentat de ce matin dans un communiqué. Il a présenté ses condoléances aux familles et amis des victimes et souhaité un prompt rétablissement au blessé.

« Il est déplorable que le Hamas et d’autres continuent à glorifier de tels attentats, qui sapent la possibilité d’un futur pacifique pour les Palestiniens et les Israéliens. J’appelle tout le monde à condamner les violences et à combattre le terrorisme », a-t-il ajouté.

Secouristes et forces de sécurité sur les lieux d'un attentat devant l'implantation de Har Adar, le 26 septembre 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Secouristes et forces de sécurité sur les lieux d’un attentat devant l’implantation de Har Adar, le 26 septembre 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

En plus de faire écho aux propos d’Hotovely en appelant à un moratoire de toutes négociations avec l’AP, David Bitan, député du Likud et président de la coalition, a demandé une interdiction totale de l’entrée des Palestiniens en Israël après l’attentat, mené par un travailleur qui avait un permis de travail dans les implantations juives.

« Suite à l’attentat, nous devons immédiatement mettre fin à l’entrée des Palestiniens sur le territoire israélien, a-t-il dit dans un communiqué. Le terrorisme palestinien tire partie de notre bonne volonté dans l’objectif de tuer. Nous devons immédiatement réévaluer la politique de délivrance des permis [aux Palestiniens] pour entrer en Israël et comprendre qu’l n’y a pas de raison de faire des négociations politiques de pure forme avec ceux qui veulent nous détruire. »

Bezalel Smotrich, député d’extrême-droite du parti HaBayit HaYehudi, a déclaré que le seul moyen de mettre fin aux attentats était d’arrêter de faire croire aux Palestiniens qu’il y aurait un jour un accord négocié.

C’est le « rituel habituel », a-t-il écrit sur Twitter. « Nous avons à peine commencé à parler de reprendre les négociations [avec l’AP] et nous en payons déjà le prix. L’espoir est la force qui mène le terrorisme arabe meurtrier. Chaque fois que nous le réveillons, il se lève et nous attaque. Seule la suppression de l’espoir mettra fin au terrorisme. »

Yehudah Glick, député du Likud, à la Knesset, le 28 décembre 2016. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Yehudah Glick, député du Likud, à la Knesset, le 28 décembre 2016. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Yehuda Glick, député du Likud, a lui, au contraire, condamné le terroriste pour les dommages qu’il cause aux Palestiniens.

« Un Palestinien meurtrier avec un permis de travail qui a tué trois personnes, dont un Arabe israélien, nuit à des centaines de milliers de Palestiniens qui travaillent pour gagner leur vie et sont maintenant devenus des suspects, a-t-il dit sur Twitter. Il a nui à la coexistence et a blessé son peuple. Il est bon qu’il ait été neutralisé. »

Le président Reuven Rivlin a présenté ses condoléances aux familles des victimes.

« Dans des moments si difficiles, nos cœurs sont aux côtés des familles de ceux qui ont été assassinés, et nous prions pour le rétablissement des blessés. Un attentat terroriste si brutal montre encore une fois la ligne de front quotidienne défendue par nos forces de sécurité, chargées aujourd’hui de la mission la plus importante : protéger et défendre les citoyens d’Israël. Nous continuerons à faire face au terrorisme, et nous arrêterons tous les auteurs et ses partisans », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Aryeh Deri, ministre de l’Intérieur et président du parti Shas, a déclaré que son ministère soutenait pleinement le maire de Har Adar, ajoutant sur Twitter que c’était « un matin très triste pour nous tous. Trois Israéliens assassinés à Har Adar par une personne ignoble. »

Après avoir exprimé ses condoléances, Avi Gabbay, le chef du Parti travailliste, a déclaré que c’était un « coup sérieux » porté aux efforts de coexistence.

« Har Adar est une communauté qui, au fil des ans, a défendu une relation de coexistence entre Juifs et Arabes, a-t-il tweeté. Cet attentat est aussi un coup sérieux porté à la confiance entre les communautés et les habitants qui y vivent. »

Isaac Herzog, chef de l’opposition, a lui aussi exprimé ses condoléances sur Twitter.

Isaac Herzog, chef de l'opposition et député de l'Union sioniste, pendant la Conférence de Herzliya, le 22 juin 2017. (Crédit : Flash90)

Isaac Herzog, chef de l’opposition et député de l’Union sioniste, pendant la Conférence de Herzliya, le 22 juin 2017. (Crédit : Flash90)

« C’est un matin triste et très, très difficile, avec un attentat brutal qui nous frappe, en particulier pendant les fêtes de Tishri, a-t-il écrit. Laissons nos différents de côté, embrassons les familles endeuillées et prions pour le rétablissement du blessé. »

D’autres députés de l’Union sioniste, comme Amir Peretz et Tzipi Livni, ont eux aussi présenté leurs condoléances sur les réseaux sociaux.

Yair Lapid, qui dirige le parti d’opposition Yesh Atid, a également présenté ses condoléances.

« Souffrance et colère après le meurtre de Har Adar, a-t-il dit. Mon cœur est avec les familles et l’implantation dont les portes ont été atteintes par le terrorisme. »