Israël a jugé jeudi « malheureuse » la reconnaissance par la Suède de l’Etat palestinien, qui ne fera selon lui que renforcer les extrémistes.

« C’est une décision malheureuse, qui renforce les éléments extrémistes et la politique de refus des Palestiniens », a dit dans un communiqué le ministre israélien des Affaires étrangères, Avigdor Liberman.

L’initiative suédoise provoque « de gros dommages et n’a aucune utilité », a-t-il renchéri.

La chef de la diplomatie suédoise, Margot Wallström, a annoncé jeudi que son gouvernement reconnaissait par décret l’Etat de Palestine.

Liberman a répété que les négociations entre Israéliens et Palestiniens devaient selon Israël précéder la reconnaissance d’un Etat palestinien.

Des initiatives comme celles de la Suède « renforcent les exigences irréalistes des Palestiniens et éloignent la possibilité d’un accord », a dit Liberman.

« Le gouvernement suédois doit comprendre que les relations au Moyen-Orient sont plus compliquées que le montage des meubles Ikea, et qu’il faut agir en ce domaine avec responsabilité et sensibilité », a-t-il ajouté.