La Jordanie a lancé lundi un appel à l’aide à la communauté internationale, affirmant avoir encore besoin de plus de 2,5 milliards de dollars en 2015 pour aider les centaines de milliers de Syriens réfugiés sur son sol.

« Depuis le début de cette année, le programme (d’aide) dont le coût est estimé à 2,9 milliards de dollars en 2015, n’a été financé qu’à hauteur de 5,5 % », a regretté le ministre du Plan, Imad al-Fakhouri.

En 2014, les financements n’ont couvert que 37 % des besoins, a ajouté le ministre au cours d’une réunion du gouvernement avec des ambassadeurs accrédités à Amman et des organisations des Nations unies, a rapporté l’agence jordanienne Petra.

Le Premier ministre Abdallah Nsour a souligné de son côté que son pays faisait face à des « défis sans précédent ».

« Nous comptons sur la communauté internationale pour financer le plan d’intervention jordanien, surtout après le déficit de financement au cours de l’année dernière qui n’a pas permis (à la Jordanie) de répondre à tous les besoins » des réfugiés, a déclaré Nsour cité par Petra.

« Si ce déficit perdure, les résultats seront désastreux, non seulement pour les réfugiés, mais aussi pour la Jordanie dont les programmes de développement et de réformes (…) seront affectés », a ajouté le Premier ministre.

Amman a appelé à l’aide à plusieurs reprises pour alléger le fardeau que représente l’afflux de réfugiés qui « épuisent » les ressources du royaume.

Selon le dernier bilan du Haut commissariat aux réfugiés de l’ONU, plus de 3,2 millions de Syriens ont fui la guerre pour trouver refuge dans les pays voisins, un chiffre qui pourrait, de même source, atteindre 4,27 millions à la fin 2015.