L’armée a annoncé lundi 38 nominations au sein de l’Etat-major et de différentes unités de l’armée, avec notamment la promotion controversée d’un lieutenant-colonel qui avait été blâmé pour avoir bombardé une clinique durant la guerre de 2014 à Gaza.

En tête de ces nominations, le général de division Tamir Hyman viendra remplacer le général de division Herzl Halevi à la tête des renseignements militaires, a indiqué l’armée.

Hyman est actuellement à la tête du commandement du nord de l’armée israélienne et vient d’achever des exercices de simulation à grande échelle d’une guerre contre le groupe terroriste du Hezbollah.

Le général de division Herzi Halevi, chef des renseignements militaires, qui vient d’être désigné prochain chef du commandement du sud dans une photographie non datée (Crédit : Armée israélienne)

Halevi, pour sa part, s’installera à la direction du Commandement du sud de l’armée israélienne, responsable de la défense de la majorité du territoire, notamment de la zone située autour de la bande de Gaza.

Ce remaniement important au sommet de la hiérarchie militaire entre dans le cadre de huit nominations effectuées à l’Etat-major par le chef de l’armée, le général de division Gadi Eizenkot, qui ont été approuvées lundi par le ministre de la Défense Avigdor Liberman.

De plus, Eizenkot a lui aussi demandé des nominations – en attente d’approbation – pour 30 postes supplémentaires à des niveaux plus bas de la hiérarchie mais qui restent toutefois importants, pour désigner des commandants de brigade ou des chefs de département.

Elles incluent deux promotions controversées :

Neria Yeshurun, commandant d’un bataillon de tank pendant l’opération Bordure protectrice dans la bande de Gaza, à l’été 2014. (Crédit : capture d’écran Arutz 7)

Le lieutenant-colonel Neria Yeshurun, qui avait ordonné le bombardement d’une clinique durant la guerre de 2014 à Gaza en « salut » rendu aux soldats tombés sur le front, a été désigné pour commander la brigade Yiftah au sein du commandement du nord, une unité d’infanterie constituée de réservistes d’unités d’élite.

Yeshurun avait reçu un blâme officiel de la part du chef d’Etat-major adjoint de l’époque, Yair Golan, mais n’avait pas été traduit devant les tribunaux dans la mesure où aucune preuve n’avait été avancée concernant l’absence d’une justification opérationnelle du bombardement.

Le lieutenant-colonel David Shapira, qui était le commandant du soldat Elor Azaria, condamné pour homicide volontaire après avoir tué un agresseur palestinien neutralisé, l’année dernière, a été choisi pour diriger la brigade Binyamin ou celle de Samarie dans la division militaire de Cisjordanie.

L’armée a fait savoir qu’elle communiquerait ultérieurement sa décision sur la brigade sélectionnée.

Le général de division Aharon Haliva, commandant de l’administration de la technologie et de la logistique, qui a été nommé nouveau chef de l’administration des opérations sur une photographie non-datée (Crédit : Armée israélienne)

Le général de division Aharon Haliva, qui commande actuellement l’administration chargée de la technologie et de la logistique, remplacera Nitzan Alon à la tête de la puissante administration des opérations de l’armée israélienne.

De plus, le général de brigade Nadav Padan, à la tête des unités de cyberdéfense et de traitement, dirigera le Commandent central, qui est majoritairement responsable de la Cisjordanie et des opérations anti-terroristes sur ce territoire.

La date à laquelle les officiers prendront leurs nouvelles fonctions n’a pas été précisée. Ils devraient commencer à les assumer dans les prochains mois.

Le général de brigade Lior Carmeli, ancien chef de la division de Cisjordanie, qui dirigera dorénavant l’administration chargée du télétraitement et de la cyberdéfense, sur une photo non-datée. (Crédit : armée israélienne)

Le général de brigade Lior Carmeli, qui avait jusqu’à récemment, le titre de commandant de la division de Cisjordanie, sera promu général de division et remplacera Padan.

Le général de brigade Itzik Turgeman, chef des opérations de l’armée israélienne, sera promu au rang de général de division et prendra la place de Haliva.

Le général de brigade Amir Baram, qui s’est élevé dans la hiérarchie via les unités de parachutisme et qui était commandant de la division de Galilée au sein du Commandement du nord, deviendra également général de division et prendra la place de Hyman à la tête de l’unité du nord, qui fonctionne majoritairement en tant de guerre, et il assumera également le poste de commandant des collèges militaires de l’armée.

Le général de brigade Moti Baruch, chef de la division de la Doctrine et de la Formation, sera promu au même grade et prendra le commandement du corps de l’Etat-major des armée, une autre unité majoritairement opérationnelle en temps de guerre, et l’école du commandement et de contrôle qui forme les officiers supérieurs, qui y est affiliée.