Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a indiqué au secrétaire d’état américain à la défense James Mattis vendredi qu’Israël se réjouit du « changement stratégique du leadership américain et de la politique américaine ».

Accueillant Mattis à Jérusalem, Netanyahu — dont la relation avec l’ancien président américain Barack Obama était fréquemment glaciale – a salué les « mots forts et directs » du chef du Pentagone sur l’Iran et les « desseins très francs » du président Donald Trump lorsqu’il a lancé une attaque aérienne sur une base syrienne après une attaque chimique perpétrée contre le régime d’Assad.

« Nous avons le sentiment d’un grand changement dans la direction de la politique Américaine », a expliqué Netanyahu à Mattis lors d’une conférence de presse conjointe à Jérusalem.

« Ce changement a été apprécié dans le monde et dans notre région. C’est un changement bienvenu, un changement stratégique dans le leadership américain et de la politique américaine », a déclaré Netanyahu.

Les relations irritables entre Obama et Netanyahu avaient atteint le point le plus bas en raison d’un accord sur le nucléaire passé en 2015 entre l’Iran et les puissances mondiales sous la direction de Washington. Obama avait fortement mis son poids dans la balance en faveur de cette convention mais Netanyahu avait férocement lutté contre, affirmant que cela n’empêcherait pas l’Iran d’obtenir des armes nucléaires et que la levée des sanctions permettrait à la république islamique de soutenir ses groupes terroristes mandataires.

Trump a également âprement critiqué l’accord et a indiqué jeudi que l’Iran « n’était pas au niveau de l’esprit » de la convention, ajoutant que les Etats Unis feraient rapidement connaître leur position. Dans la matinée de jeudi, Mattis a indiqué pour sa part que l’accord avec l’Iran « tient toujours ».

Mardi, Trump a ordonné un réexamen de l’accord par son Conseil de Sécurité nationale, même si le département d’Etat admet que jusqu’à présent, l’Iran a respecté sa part du marché.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) serre la main du secrétaire d'état à la Défense James Mattis avant leur rencontre à Jérusalem le 21 avril 2017 (Crédit : GIL COHEN-MAGEN / POOL / AFP)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) serre la main du secrétaire d’état à la Défense James Mattis avant leur rencontre à Jérusalem le 21 avril 2017 (Crédit : GIL COHEN-MAGEN / POOL / AFP)

Dans son discours aux côtés du Premier ministre, Mattis s’est référé à la Journée mondiale de commémoration de l’Holocauste, qui commencera dimanche soir et s’achèvera dans la soirée de lundi.

« Je pense que c’est important de nous souvenir que si les gens bons ne se rassemblent pas alors les gens mauvais peuvent faire beaucoup de mal dans ce monde », a indiqué Mattis. « Et nous sommes engagés à mettre un terme à cela et à faire tout ce qu’il faudra pour transmettre la paix et la liberté à la prochaine génération ».

 » Je veux discuter avec le premier ministre des deux dangers que doivent affronter Israël et toutes les autres nations dans la région qui tentent de maintenir une région stable et pacifique et prospère ici et maintenant, en particulier en cette semaine qui précède le souvenir de l’Holocauste », a-t-il affirmé, se référant probablement aux menaces jumelles de l’Iran et de l’état islamique.