Le Premier ministre Benjamin Netanyahou se rendra cinq jours aux Etats-Unis pendant la première semaine de mars.

Il y rencontrera le président américain Barack Obama à la Maison Blanche et prononcera un discours lors du congrès annuel de l’AIPAC [principal lobby pro-israélien aux Etats-Unis], a confirmé le bureau du Premier ministre.

Le voyage a été validé, mais la date exacte doit encore être finalisée et les détails confirmés lors des prochains jours, a annoncé le bureau du Premier ministre.

Les deux dirigeants devraient notamment discuter du processus de paix avec les Palestiniens, ainsi que des différences d’approches entre Jérusalem et Washington au sujet du programme nucléaire iranien.

La dernière rencontre entre Netanyahu et Obama a eu lieu en septembre 2013, en marge de l’Assemblée générale des Nations unies à New York.

Le séjour de Netanyahou devrait également comprendre une courte visite sur la côte Ouest des Etats-Unis.

Il assistera à la projection de « The Royal Tour », une série de documentaires sur le tourisme international produite par le journaliste Peter Greenberg. Le Premier ministre a participé à l’épisode sur Israël. Netanyahu se rendra aussi dans la Silicon Valley.

La relation entre Netanyahu et Obama a connu des hauts et des bas au cours des dernières années.

Lors de sa prise de fonctions, le président américain a manifesté sa volonté de faire évoluer le rôle des Etats-Unis au Moyen-Orient, mais a provoqué la colère des dirigeants israéliens lorsqu’il a appelé à la fin des constructions dans les implantations.

Lors de son discours du Caire en 2009, il a également semblé minimiser les liens historiques du peuple juif avec la région.

A l’automne 2009, Obama est parvenu à organiser à New York un sommet pour la paix entre Netanyahu et le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

Les trois dirigeants se sont réunis et ont annoncé en grande pompe la relance des efforts de paix, mais l’initiative s’est effondrée quelques jours plus tard.

Les tensions avec Israël se sont accentuées lorsque le gouvernement a annoncé de nouvelles constructions à Jérusalem Est lors de la visite dans le pays du vice-président américain Joe Biden, en mars 2010.

De son côté, Netanyahu a exprimé une frustration croissante à l’égard de la politique d’Obama vis-à-vis de l’Iran et de la Syrie.

Des responsables israéliens ont critiqué le président américain, estimant que l’accord signé en novembre 2013 avec le régime de Téhéran était trop peu contraignant et ne freinerait pas l’intention soupçonnée de la République islamique d’acquérir l’arme nucléaire.

La visite de Netanyahou intervient également dans un contexte d’une guerre des mots acerbe entre des ministres israéliens et Washington au sujet des efforts du Secrétaire d’Etat américain John Kerry de sceller un accord de paix entre Israëliens et Palestiniens.