La sécurité des trois juges qui ont jugé Elor Azaria coupable d’homicide mercredi a été renforcée. Des menaces contre le jury militaire auraient été publiées sur un réseau social.

Selon la radio militaire, des gardes du corps ont été assignés après que des documents « incitant à la violence » ont été publiés sur un réseau social contre la présidente du tribunal, la juge Maya Heller.

Heller a lu mercredi le verdict anonyme contre Azaria pendant près de trois heures.

Devant la cour, beaucoup de militants, dont des supporteurs d’extrême-droite du club de football du Beitar Jérusalem, manifestaient leur soutien à Azaria. Ils ont affronté les policiers et les gardes-frontières déployés pour maintenir l’ordre.

Sur WhatsApp, des messages circulaient dans les groupes de soutien à Azaria pour appeler les Israéliens à ne pas s’enrôler dans l’armée, a annoncé la radio militaire sans donner plus de précisions.