Le Premier ministre italien Matteo Renzi a subtilement défendu l’accord iranien mardi à Jérusalem, affirmant toutefois qu’il ne devrait pas se faire au détriment de la sécurité de l’Etat juif.

Renzi était en visite éclair en Terre sainte. Il a rencontré les dirigeants israéliens mardi et mercredi avant un arrêt dans la ville de Bethléem en Cisjordanie pour rencontrer le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

« La sécurité d’Israël est la propre sécurité de l’Europe », a déclaré Renzi, selon i24 news. « Nous pensons qu’il est possible de faire des compromis sur l’avenir de l’Iran, mais impossible d’en faire sur la sécurité d’Israël. »

Il a fait ces commentaires lors d’une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, après une visite au musée de l’Holocauste de Yad Vashem.

Netanyahu a pour sa part profité de l’occasion pour attaquer l’accord nucléaire iranien, disant que l’accord constitue une « grave menace » pour la sécurité d’Israël et du Moyen-Orient.

Néanmoins, Netanyahou a félicité son homologue pour la lutte contre l’antisémitisme en Italie et pour son soutien vocal du droit d’Israël à vivre en paix et en sécurité.

« L’Europe et Israël sont menacés par les mêmes forces. L’Italie et Israël coopèrent de nombreuses manières pour répondre à ces défis. Nous voulons tous les deux voir la sécurité, la prospérité et la paix dans la région méditerranéenne et au-delà », a déclaré Netayahu.

Renzi devait assister à une session spéciale de la Knesset mercredi.