Le Premier ministre italien Matteo Renzi a déclaré mercredi à la Knesset qu’il prévoit d’appeler les Palestiniens à reconnaître Israël comme un état juif.

Renzi s’est exprimé devant le parlement israélien lors de sa visite en Israël, avant un arrêt à Bethléem pour rencontrer les dirigeants palestiniens. Il a déclaré au législateur israélien qu’il a l’intention de dire aux Palestiniens que « reconnaître Israël est reconnaître la réalité ».

Renzi était en visite en Terre Sainte our rencontrer les dirigeants israéliens mardi et mercredi avant une rencontre avec le Président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, prévue pour jeudi.

« La paix sera seulement possible avec deux états pour deux peuples », a déclaré Renzi à la Knesset, « et seulement si la sécurité est garantie pour les deux peuples, avec le droit des Palestiniens à l’auto-détermination et le droit de l’état nation du peuple juif à la sécurité ».

« La paix signifie que les Palestiniens auront leur état nation et le Juifs auront leur état nation, a déclaré Renzi. Reconnaître Israël signifie reconnaître la réalité… L’existence de l’Etat d’Israël n’est pas un geste de la communauté internationale après l’Holocauste, mais un fait qui date d’un accord international de centaines d’années… Israël existe malgré l’Holocauste pas en vertue de l’Holocauste. »

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a insité que les dirigeants palestiniens reconnaissent Israël comme un état juif sous toute forme d’accord futur. Une telle clause vise à empêcher le retour en Israël des réfugiés palestiniens et leurs descencants, une exigence centrale des négociateurs palestiniens au cours des années.
Renzi a également déclaré que des mouvements appelant au boycott des produits israéliens « trahisent leur propre futur ».

L’Italie « sera toujours en première ligne des forums européens et internationaux contre toutes les formes stériles et stupides de boycott », a-t-il déclaré sur l’estrade de la Knesset.

Dans le même temps, le Premier ministre exprime son soutien à l’accord obtenu entre l’Iran et les diplomates occidentaux sur le programme nucléaire de Téhéran. « On peut ne pas être d’accord sur le compromis avec l’Iran, mais il n’y aura jamais de compromis concernant le futur d’Israël, a déclaré Renzi. La sécurité d’Israël est aussi notre sécurité ».

Il a fait des commentaires similaires la veille lors d’une conférence de presse avec Netanyahu à la suite d’une visite du mémorial et du musée de l’Holocauste Yad Vashem.

« La sécurité d’Israël est la propre sécurité de l’Europe, a déclaré Renzi. Nous pensons qu’il est possible de faire des compromis concernant le futur de l’Iran, mais qu’il est impossible de faire des compromis sur la sécurité d’Israël ».