Même les jours les plus sacrés du judaïsme avec leur introspection spirituelle n’échappent pas aux nouvelles technologies.

Tandis que des millions de juifs tourneront leurs têtes et leurs cœurs en direction du paradis, certains jetteront des coups d’œil sur leur téléphone portable pour des applications de repentance. Sans surprise, on peut en trouver.

Un groupe appelé G-dcast aide les utilisateurs à en apprendre plus sur leur héritage juif. L’application eScapegoat leur permet d’admettre leurs échecs pour s’améliorer avec cette expérience.

Pas d’inquiétude, les nouveaux pécheurs pourront se repentir en se débarassant de leur péchés grâce à l’application pour iPhone, intitulée Tashlich.

Les gens de G-dcast définissent leur objectif comme celui « de donner à chaque enfant et adulte juif la chance d’apprendre les bases sans aucune barrière d’entrée. Peu importe où vous habitez ou ce que vous savez, nous avons des Juifs intelligents, amusants et sérieux qui apprennent pour vous ».

L’accent est mis sur le « divertissement ». La base des applications sur le site G-dcast qui inclut des sélections comme « Réveille le monde » (iOS/Android ; gratuit) un conte de Rosh Hashanah pour les petits enfants lu par Randi Zuckerberg, la sœur du créateur de Facebook, Mark Zuckerberg.

Arkscape (seulement sur iOS ; gratuit) est un jeu de correspondance de cartes qui « transmet quelques enseignements sur l’histoire de Noé de manière créative » (il faut aider Noah à assembler les animaux avant que leur ‘caca’ ne remplisse l’arche).

« Les Cinq eBooks de Moïse » (iOS ; gratuit) est une application qui pourrait être utile pour les nouveaux pratiquants du judaïsme traditionnel, peu importe l’âge, avec de courtes vidéos de dessins animés qui donnent vie aux mots sur les pages de la Bible.

Au-delà de ces applications, G-dcast produit un matériel pédagogique utilisé par plus de 4 000 enseignants et éducateurs, et ses vidéos sur toutes sortes de sujets liés au judaïsme ont engrangé 5 million de vues sur YouTube.

Dirigé par Sarah lefton, une pionière dans le monde digital juif, G-dcast a commencé son activité en 2008 et inclut des cadres d’entreprises comme Apple, Pixar, le New York Times, le SF Bay Guardian, le Village Voice et une série de compagnies de production d’Hollywood.

Avec tous ces éléments en tête, les Juifs qui savent maintenant ce qu’ils devraient faire peuvent maintenant confesser leurs échecs à cet aspect, en d’autres termes, leurs péchés, avec une autre application spéciale de G-dcast : eScapegoat (scapegoat, signifie bouc émissaire ndlr).

Selon la tradition juive, le Grand prêtre devrait, dans une cérémonie spéciale de Yom Kippour, décharger tous les péchés d’Israël sur un bouc spécial, qui était jeté du sommet d’une montagne. Alors eScapegoat, sorti l’année dernière, permet aux utilisateurs d’admettre leurs péchés. Selon les sages juifs, cela constitue le premier pas vers la repentance.

« Malgré la présence à la Grande synagogue pour Yom Kippour, la connaissance de l’histoire du bouc émissaire dans le Lévitique n’est pas très répandue », a déclaré Lefton. Ce programme est facilement accessible, c’est un moyen amusant d’inviter les gens à réfléchir sur l’importance des rituels personnels et collectifs de repentance ». eScapegoat n’exige pas le nom de l’utilisateur, alors l’échange entier reste anonyme. En d’autres termes, votre rabbin ne vous regardera pas avec drôlerie quand vous irez à la synagogue.

Les péchés eux-mêmes sont disponibles à la vue de tout le monde via le fil Twitter eScapegoat, #SinfulGoat. On pouvait lire sur certaines des dernières confessions : « Je t’ai trompé en quelque sorte. Nous n’étions pas officiellement ensemble, mais c’est comme si je t’avais trompé », « J’ai dit merd… devant mon fils de quatre ans », « J’utilise plusieurs adresses pour avoir des réductions de la même entreprise. Je fais comme si j’étais un nouvel utilisateur chaque fois », « Je juge en silence les gens qui prennent l’ascenseur pour monter un étage, s’ils semblent capables de le faire à pied » et d’autres, tous anonymes, bien sûr.

Même si la confession est impérative pour la repentance, eScapegoat souligne clairement que ses utilisateurs doivent aller au delà de l’application avec un avertissement : « Aucune repentance halakhic n’est impliquée » pour les utilisateurs qui admettent leurs erreurs.

Dans le judaïsme, le processus de repentance requiert une résolution de ne pas pécher à nouveau, ou, au moins, d’essayer de ne pas pécher. Pour symboliser cette résolution, les Juifs traditionnalistes « jettent » leurs péchés le premier jour de Rosh Hashana au cours d’une cérémonie appelée Tashlich.

Généralement effectué près d’un point d’eau, Tashlich consiste en plusieurs prières évoquant le merci de Dieu et exprimant le regret d’avoir péché.