37ème jour de l’opération « Bordure Protectrice » – Israël a envoyé ses négociateurs au Caire pour des entretiens lundi et mardi ; une trêve de 72 heures a eu lieu, avec des rapports contradictoires quant à savoir si les équipes israéliennes et palestiniennes sont sur ​​la voie d’un accord. En l’état, la trêve expire mercredi à minuit.

Fin du direct

Arrestation d’un membre du Hamas près de Hébron

Une unité d’élite de Tsahal a arrêté un membre du Hamas près de Hébron mardi après-midi qui aurait été en train de comploter une attaque terroriste contre des soldats et des civils israéliens.

Selon le correspondant militaire du site Walla, l’homme a été arrêté dans le village de Samua, à l’extrême sud de la Cisjordanie.

Le porte-parole de Tsahal affirme qu’au cours de la nuit, les forces israéliennes ont arrêté 12 suspects en Cisjordanie et les ont emmenés pour interrogatoire.

La police israélienne dit qu’elle a arrêté 57 personnes de Jérusalem-Est soupçonnées d’être impliquées dans les émeutes de ces derniers jours.

A ce jour, la police a arrêté 549 émeutiers présumés avec 184 actes d’accusation.

Les Palestiniens disent à l’Egypte que le cessez-le-feu ne sera pas renouvelé

Une source palestinienne a indiqué au quotidien arabe Asharq Al-Awsat que les Palestiniens ont transmis aux Egyptiens qu’ils ne renouvelleront pas le cessez-le-feu une fois de plus.

« Il y a des progrès lent [vers un cessez-le feu entente à long terme], mais aucune grande percée » selon des sources informées sur les négociations du Caire fait savoir le quotidien.

Des désaccords subsistent sur ​​la question du port maritime, de l’aéroport, d’un pont terrestre entre la Cisjordanie et la bande de Gaza, et sur le retour des restes de soldats israéliens, indique le rapport.

Le point de passage de Rafah « légèrement » ouvert

Un fonctionnaire de la frontière palestinienne dans la bande de Gaza a fait savoir au quotidien Asharq Al-Awsat que le poste frontière de Rafah avec la bande de Gaza est ouvert, mais que l’entrée en Egypte est lente et limitée.

Le directeur du point de passage Maher Abou Sabha a indiqué que des milliers de Gazaouis attendent pour s’inscrire en vue de traverser la frontière, mais que la partie palestinienne ne fonctionne que quatre heures par jour. Ceux qui traversent n’ont pas toujours de garanties d’entrer en Egypte, et certains sont refoulés.

Il affirme qu’environ 550 Palestiniens ont traversé la frontière vers l’Egypte tous les jours depuis la réouverture de la frontière la semaine dernière.

« La traversée est en quelque sorte ouverte, comme vous pouvez le voir, mais elle est proche d’une quasi-fermeture. Le mouvement est très lent » a déclaré Sabha.

Un comité de la Knesset au sujet des visites sur le mont du Temple

Un comité de la Knesset mercredi tiendra une réunion pour entendre une évaluation de la police sur la la possibilité d’ouvrir le Mont du Temple aux visiteurs juifs au cours des prochaines fêtes. Parmi les participants seront présents des représentants du ministère de la Sécurité publique, du ministère du Tourisme, du Ministère de la Justice, du ministère des Affaires étrangères et de la municipalité de Jérusalem.

Une réunion discutera par la suite de la situation de la sécurité pour les habitants de Beit Yonatan, un immeuble appartenant à des Juifs dans un quartier arabe de Jérusalem-Est.

Un avion-cargo turc se pose en Israël pour transporter des blessés palestiniens

Un avion cargo C-130 Hercules de la Turquie se prépare à voler vers l’aéroport international Ben-Gourion pour transporter les blessés palestiniens dans les hôpitaux turcs pour traitement dans le cadre de la mission humanitaire mise en place par Ankara.

Liberman déclare qu’Israël ne devrait pas coopérer avec le UNRHC

Le ministre des Affaires étrangères Avigdor Liberman en discutant avec des dirigeants locaux dans le sud d’Israël a affirmé que personne ne devrait être surpris si Israël ne coopère pas avec le Conseil des droits de l’homme de l’ONU (UNRHC), et expliqué que le professeur William Schabas, qui a été nommé à la tête de l’organisme pour une enquête dans la bande de Gaza, ne devrait pas être laissé en Israël.

Il dit qu’Israël n’acceptera aucun deal dans lequel les restes des soldats Oron Shaul et Hadar Goldin ne seraient pas retournés par le Hamas.

« Si les corps ne sont pas retournés, les corps de Mohammed Deif [chef d’Al-Qassam] et de Ismail Haniyeh seront de retour chez eux » a-t-il déclaré.

La radio du Hamas prétend qu’une frappe sur le nord de Gaza a fait 2 morts

La radio Al-Aqsa du Hamas signale deux morts dans ce qu’elle dit être une frappe israélienne sur le nord de la bande de Gaza, et ce qu’elle appelle une violation de la trêve.

Hier, la même station de radio a indiqué que l’armée israélienne avait violé le cessez-le-feu en bombardant la ville de Rafah.

Il n’y a aucune confirmation indépendante de ces allégations. L’armée israélienne n’a fait aucun commentaire.

Au moins 5 morts dans une explosion de munitions à Gaza

Un médecin palestinien dans la bande de Gaza affirme que six habitants de Gaza sont morts quand des munitions non explosées ont explosé dans la ville du nord de Beit Lahiya.

Un responsable du ministère de la Santé du Hamas confirme que cinq corps ont été transportés à l’hôpital Kemal Adwan dans la ville de Gaza et que plusieurs autres ont été blessées.

Un précédent rapport de la la radio Al-Aqsa du Hamas a déclaré qu’Israël a violé le cessez le feu et bombardé la ville du nord de la bande de Gaza.

Explosion d’un missile israélien qui devait être neutralisé

La radio israélienne rapporte que la bombe non explosée qui a explosé, tuant cinq personnes, dans la bande de Gaza était un missile israélien lancé lors de l’opération « Bordure Protectrice ». Des sapeurs palestiniens ont essayé de déminer l’arme quand elle a explosé.

Le porte-parole de Tsahal a déclaré qu’il n’était pas familier avec les rapports préliminaires de la radio du Hamas d’une violation israélienne de la trêve, qui s’est avéré être en fait le missile qui a finalement explosé.

Un journaliste parmi les 5 morts de l’explosion à Gaza

Des médecins de Gaza indiquent qu’un journaliste étranger fait partie des personnes tuées lors d’une bombe non explosée qui a finalement explosé dans la ville de Beit Lahiya, dans le nord de la bande de Gaza.

Un journaliste de la Première chaîne a affirmé que le journaliste est italien, et que le dirigeant de l’équipe de déminage a également été tué dans l’explosion.

L’enquêteur en chef de l’ONU a des racines juives

William A. Schabas, le président de l’enquête du Conseil des droits de l’homme de l’ONU pour l’opération « Bordure Protectrice » a des racines juives.

Son père, Ezra Schabas, 90 ans, est un musicien juif canadien bien connu, rapporte l’analyste israélien Ronen Salomon après une étude sur l’histoire de la famille Schabas. Né à New York en 1924, il a été le directeur du Conservatoire Royal de Musique du Canada, une des plus prestigieuses institutions musicales du pays. En 2000, il devient membre de l’Ordre du Canada pour son « influence majeure sur la musique au Canada. »

Le 14 Avril, un jour après son 90e anniversaire, son fils William a posté un message de félicitations sur sa page Facebook. « Mazel tov, papa. Beaucoup d’années encore heureuses », écrit Schabas junior.

La mère de William Schabas, Ann Schabas, est catholique, note Salomon. Bien que n’étant pas juif selon la loi juive traditionnelle, William Schabas serait admissible à la citoyenneté israélienne.

Les fonctionnaires en Israël ont critiqué la nomination de William Schabas pour mener l’enquête de l’ONU sur l’opération de protection bord à cause de son parti pris anti-Israélien présumé.

L’ambassadeur d’Israël à l’ONU, Ron Prosor, a qualifié cela de « grosse farce ».

Raphaël Ahren

La fin de la trêve approche, 5 morts dans l’explosion accidentelle d’un missile à Gaza

Après deux jours de calme à Gaza à la faveur d’un cessez-le-feu de 72 heures, au moins cinq personnes ont été tuées, dont un journaliste étranger, mercredi matin à Gaza lors d’une opération de démantèlement d’un missile israélien.

Cinq Palestiniens ont aussi été blessés, dont un journaliste local dans l’explosion survenue à Beit Lahyia, au nord de l’enclave, selon les secours.

L’identité du journaliste étranger mort en couvrant l’opération n’a pas été rendue publique.

De nombreux missiles, munitions et bombes non explosés se trouvent dans les ruines de Gaza, bombardée pendant plus d’un mois par l’armée israélienne faisant près de 2 000 morts, selon les chiffres du ministère de la Santé à Gaza contrôlée par le Hamas.

Cette explosion accidentelle est survenue pendant un cessez-le-feu de 72 heures à Gaza respecté par les belligérants et qui expirera jeudi à 00H01.

La bande de Gaza a connu sa troisième nuit consécutive de répit. Aucun tir de roquette ou de mortier de Gaza sur Israël ni aucune frappe israélienne n’ont été rapportés depuis dimanche à minuit.

Israël et le mouvement islamiste Hamas ont jusqu’alors veillé à ne pas compromettre les discussions engagées au Caire avec l’objectif énoncé d’instaurer une trêve durable, sinon permanente, dans une bande de Gaza prise depuis des années dans la spirale des affrontements.

Les éprouvantes négociations indirectes entre Israéliens et Palestiniens au Caire par l’entremise de l’Egypte ont repris mercredi.

Pronostic aléatoire

« La situation est extrêmement sensible et nous espérons arriver à un accord avant minuit » mais « la délégation israélienne qui négocie avec nous est dominée par le sentiment que nous sommes divisés », a déclaré à l’AFP Azzam al-Ahmed, le chef de la délégation palestinienne.

La délégation israélienne, qui avait quitté l’Egypte mardi soir pour consulter son gouvernement, est revenue au Caire, selon des sources aéroportuaires.

Le silence observé par les négociateurs sur la teneur exacte des discussions et les informations fragmentaires, contradictoires et difficilement vérifiables, rendent très aléatoire tout pronostic sur les chances d’une trêve ou au contraire les risques d’un nouvel embrasement entre deux ennemis aux exigences difficilement conciliables.

Cette discrétion est couverte par les déclarations publiques belliqueuses qui, de part et d’autre, annoncent une reprise des hostilités intensifiées en cas d’échec au Caire.

Cependant, des informations filtrant des discussions font état de points d’accord.

« L’accord a été accepté par tous. Le gouvernement palestinien exige sa signature. Nous attendons juste que la branche armée du Hamas veuille bien signer », disait une source israélienne proche des négociations au journal Maariv.

Le gouvernement palestinien fait référence à l’Autorité palestinienne que préside Mahmoud Abbas, leader du Fatah, et qui est censée administrer la Cisjordanie et Gaza. L’Autorité palestinienne a été évincée de Gaza en 2007 par le Hamas après une guerre de factions sanglante.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu accepte globalement de traiter avec l’Autorité palestinienne mais pas avec les « terroristes » du Hamas qui ne reconnaît pas l’existence de l’Etat hébreu. La difficulté pour lui consiste dans la réconciliation récente entre les rivaux palestiniens de 2007.

Détenus palestiniens, dépouilles israéliennes

La levée du blocus israélien imposé de manière stricte en 2007 est une exigence fondamentale des Palestiniens. Ce blocus asphyxie l’économie d’un territoire exigu où s’entassent 1,8 million de personnes coincés entre Israël, l’Egypte et la Méditerranée.

« Ou Israël accepte les demandes de la « Résistance » (le Hamas ndlr), où nous préférons tous mourir. Tout sauf cette agonie du blocus », s’emporte Souheir Abdel-Aal, un habitant de Gaza réfugié dans une école de l’ONU depuis le bombardement de sa maison à Beit Hanoun.

De leur côté, les Israéliens, forts du soutien ultra-majoritaire de l’opinion à la guerre voudraient obtenir par ces négociations la démilitarisation de Gaza. Les Palestiniens refusent d’en entendre parler.

Selon des négociateurs palestiniens, Israël consentirait à alléger les restrictions à deux points de passage de la frontière entre Gaza et le territoire israélien, l’un pour les personnes, l’autre pour les biens. Ce dernier serait sous supervision internationale.

Les trois parties auraient aussi accepté l’idée que le passage de Rafah, entre Gaza et l’Egypte, soit contrôlé selon des modalités à définir par les Egyptiens et les Palestiniens, ont-ils ajouté.

Selon la presse israélienne, Israël a accepté de porter à 5 000 le nombre de permis délivrés chaque mois aux Gazaouis pour se rendre en Israël ou en Cisjordanie et de doubler à 600 le nombre de camions autorisés à franchir chaque jour le point de passage de Kerem Shalom.

Israël accepterait aussi, selon la même source, l’entrée d’argent sous de strictes conditions pour payer les dizaines de milliers de fonctionnaires qui attendent leur salaire depuis des mois, et d’étendre les zones de pêche.

En revanche, Israël ne veut pas entendre parler de la construction d’un port ou d’un aéroport.

Autres motifs de querelle : le sort des prisonniers palestiniens et le retour en Israël des corps de deux soldats israéliens tués au combat.

AFP

Confirmation de la mort du journaliste italien Simone Camilli

Associated Press confirme que l’un de ses journalistes vidéo a été tué dans la bande de Gaza et l’Italie confirme son identité comme étant Simone Camilli.

Il fait partie d’au moins cinq personnes qui ont été tuées dans le nord de la bande de Gaza mercredi alors que des experts palestiniens démontaient les restes d’un missile israélien, ont affirmé des médecins et des responsables.

Le porte-parole des services d’urgence Ashraf al-Qidra a déclaré que cinq personnes avaient été tuées et plusieurs autres grièvement blessées.

« Un certain nombre d’experts en explosifs ont été tués au cours du démantèlement d’un missile (israélien) à Beit Lahiya », a déclaré le porte-parole du ministère de l’intérieur Iyad al-Buzam à l’AFP.

Camilli a été tué alors qu’il couvrait les travaux de déminage du missile non explosé, mais il n’y avait eu aucun mot officiel sur l’identité de la victime.

Au moins un autre journaliste local a été grièvement blessé a fait savoir un correspondant de l’AFP.

L’AFP a contribué à cet article

L’Egypte veut une extension de 3 jours de la trêve

Un haut responsable du Hamas affirme que l’Egypte déploie des efforts importants pour étendre la trêve de trois jours, selon Ynet. La trêve actuelle doit expirer à minuit ce soir.

Selon le responsable, la délégation palestinienne refuse de prolonger la trêve sans avoir reçu de garanties du Caire qu’Israël acceptera les demandes des Palestiniens.

Steinitz : Si le cessez-le-feu expire, nous répondrons au calme par le calme, aux tirs par les tirs

Le ministre des Affaires stratégiques Yuval Steinitz déclare qu’il ne sait pas ce qui va se passer à minuit, quand le cessez-le-feu de 72 heures expirera.

« On répondra au calme par le calme. Mais si le Hamas tire, notre contre-attaque sera très puissante « , prévient-il lors d’une conférence de presse à Jérusalem.

Le ministre des Renseignements Yuval Steinitz (Crédit : Marc Israel Sellem/Pool/Flash90)

Le ministre des Renseignements Yuval Steinitz (Crédit : Marc Israel Sellem/Pool/Flash90)

« La démilitarisation de Gaza n’est pas seulement une condition préalable à tout apaisement sérieux pour les Israéliens et les habitants de Gaza, c’est également le préalable à tout accord de paix dans l’avenir ».

Ceux qui ont encore de l’espoir pour une solution à deux Etats devraient pousser à la démilitarisation de la bande de Gaza, a-t-il affirmé.

Peres plaide pour la paix lors d’une interview avec la BBC

Il vous manque ? L’ancien président Shimon Peres revient en revendiquant la paix, disant qu’Israël ne devrait pas réoccuper la bande de Gaza si les efforts de paix venaient à échouer.

Voir la vidéo.

Le président israélien Shimon Peres souhaite un joyeux Nowruz aux Iraniens, le 20 mars 2014 (Crédit : Mark Neyman/GPO/Flash 90)

Le président israélien Shimon Peres souhaite un joyeux Nowruz aux Iraniens, le 20 mars 2014 (Crédit : Mark Neyman/GPO/Flash 90)

Le contrôleur de l’Etat va lancer une enquête sur l’opération à Gaza

Le contrôleur de l’Etat Yossef Shapira annonce qu’il va lancer une enquête sur le comportement de la direction militaire et politique et la prise de décision dans l’opération Bordure protectrice.

Selon un communiqué de son bureau, la décision de Shapira a été déclenchée par les revendications stipulant qu’Israël a violé le droit international dans la campagne militaire d’un mois dans la bande de Gaza.

Shapira a également décidé d’élargir l’enquête sur les tunnels terroristes près de la bande de Gaza pour y inclure la préparation sur le front intérieur, les activités du commandement de la Défense passive pendant la campagne, le traitement de la population dans les zones de conflit, et la diplomatie publique.

State Comptroller Yosef Shapira (photo credit: Uri Lenz/Flash90)

Le contrôleur de l’Etat Yossef Shapira (Crédit : Uri Lenz/Flash90)

Un responsable du Hamas supprime le nom du journaliste italien mort

Le porte-parole de ministère de la Santé du Hamas, Ashraf al-Qodra modifie son post sur Facebook en énumérant les cinq personnes tuées par une bombe israélienne qui n’aurait pas dû exploser dans la bande de Gaza.

Il supprime le nom Simone Camilli dans la liste, précisant qu’il s’agit seulement d’un « journaliste étranger. »

Gideon Levy, l’anti-guerre israélien qui nage à contre-courant

Grande plume du quotidien de gauche Haaretz, Gideon Levy a été propulsé symbole de l’opposition à l’opération « Bordure protectrice », lancée début juillet dans la Bande de Gaza par l’armée israélienne.

Connu de tous en Israël pour son attachement à la cause palestinienne, son verbe acéré et son visage carré au teint halé, Gideon Levy est devenu le « traître » par excellence après avoir signé à la mi-juillet un texte au vitriol accusant les pilotes israéliens de « perpétrer les gestes les plus cruels » dans la bande de Gaza.

La réaction a été immédiate. Des lecteurs ont annulé leur abonnement, un des ténors de la coalition de droite au pouvoir, Yaris Levin, a menacé de le poursuivre pour « traîtrise », des gens l’insultaient dans la rue. Par prudence, la rédaction du journal Haaretz lui a attribué des gardes du corps.

« Je n’ai jamais fait face à des réactions aussi agressives, jamais », confie-t-il dans son bureau exigu au premier étage de la rédaction du Haaretz, à Tel Aviv, lieu de rencontre discret, privilégié aux cafés où il craint encore de se faire insulter par de simples citoyens ou des soldats.

« Cela fait sept ans que ce gouvernement israélien d’extrême droite incite au racisme à coup de loi antidémocratique, de déshumanisation des Palestiniens dans les médias. Alors en temps de guerre, cela atteint un pic », dit-il.

Bref, « tout le monde se fout éperdument de la souffrance à Gaza. Plus encore, si vous osez exprimer de l’empathie, vous êtes un traître », juge-t-il, amer de sa société, mais reconnaissant à l’égard de certains lecteurs et la direction de son journal, qui l’a soutenu dans cette épreuve, plutôt que de lui retirer sa chronique.

« J’ai eu beaucoup de soutien à l’étranger, en Europe, aux Etats-Unis, au Pakistan, à travers le monde, mais en Israël moins », dit-il.

« La vie continue. Personne ne se soucie du prix payé de l’autre côté… personne ne se soucie de la destruction et des meurtres à Gaza », tance Gideon Levy, nageant à contre-courant dans l’ombre de son bureau.

– AFP

Les journalistes rendent hommage à leurs collègues tués

Les reporters de l’Associated Press [AP] et d’autres organismes rendent hommage au journaliste de l’AP Simone Camilli et au traducteur Ali Shehda Abu Afash, qui ont été tués lors d’une explosion d’obus plus tôt aujourd’hui alors qu’ils travaillaient sur une mission sur les suites de l’opération Bordure protectrice d’Israël dans la bande de Gaza.

Sarah El Deeb, la correspondante de l’AP au Caire, a tweeté, « Simone Camilli était le plus cool VJ [journaliste vidéaste] @AP qui a travaillé à Gaza. A toujours gardé la tête froide même dans les moments les plus tendus. [Ce] Fut un honneur de travailler avec toi ».

Sur Facebook, le journaliste du Guardian Khaled Diab écrit : « Je n’arrive pas à le croire! Simone Camilli est décédé aujourd’hui à Gaza. Il était un journaliste dévoué, une personne chaleureuse et humaine, un idéaliste, et un père et un mari génial. Qu’il repose en paix et que sa famille puisse supporter leur perte, en particulier sa fille qui ne saura jamais directement à quel point son père était grand. RIP [Rest In Peace – Reste en paix] , mon ami. »

Un Palestinien en détention pour avoir agressé verbalement des Juifs au mont du Temple

Un homme palestinien a été arrêté par la police sur le mont du Temple après qu’il ait verbalement agressé un groupe de visiteurs juifs, selon la radio israélienne.

Le gouverneur de New York à la tête d’un voyage de solidarité en Israël

Le gouverneur de New York, Andrew Cuomo, est à la tête d’une délégation de leaders de la législature de l’Etat de New York qui font un voyage en Israël pour montrer leur solidarité avec l’Etat juif.

De l’aéroport Ben Gurion, il est allé à la résidence du président nouvellement élu Reuven Rivlin à Jérusalem.

Plus tard cet après-midi, il ira dans le centre de Jérusalem pour rencontrer des étudiants de New York dans une pizzeria locale nommée Big Apple.

Ce soir, Cuomo, le président de l’Assemblée d’Etat Sheldon Silver et les co-leaders de la coalition du Sénat Dean Skelos et Jeffrey D. Klein rencontreront le Premier ministre Benjamin Netanyahu avant de visiter l’église du Saint-Sépulcre et le mur Occidental.

Hamas : Aucune prolongation de la trêve à moins qu’il n’y ait un « réel progrès »

Le Hamas prévient qu’il ne prolongera pas la trêve actuelle, qui arrive à échéance à minuit, à moins d’une véritable percée dans les négociations entre l’Egypte et la médiation, rapporte Ynet.

L’organisation terroriste ajoute que « toutes les options sont possibles dès maintenant, » à une menace apparente pour renouveler les tirs de roquettes sur Israël si les négociations s’effondrent.

« Nous n’allons pas accepter de prolonger le cessez-le-feu si aucun progrès réel n’a été fait dans les négociations au Caire, » prévient-il.

L’Égypte a déclaré avoir présenté un projet final de cessez-le-feu

L’Egypte a présenté un projet révisé pour un cessez-le-feu à long terme entre Israël et le Hamas. Il serait mis en œuvre en deux étapes début 2015, selon les reportages des médias palestiniens.

Mais l’accord a été rejeté par le Hamas, toujours selon les médias.

Dans le cadre du nouveau plan, les négociations en vue de la construction d’un port et de l’aéroport, ainsi que l’échange des dépouilles des soldats de l’armée israélienne Oron Shaul et Hadar Goldin et la libération des prisonniers palestiniens seraient repoussées à un mois.

Pendant ce temps, Israël ouvrirait ses passages et retirerait progressivement ses troupes de la zone tampon dans la bande de Gaza pour les remplacer par les forces de l’Autorité palestinienne.

La majorité des ministres s’opposent à la coopération avec l’enquête sur l’opération à Gaza

14 des 22 ministres du gouvernement israélien sont opposés à la coopération avec l’enquête sur l’opération Bordure protectrice des Nations unies, selon une enquête de la Deuxième chaîne.

Les ministres qui recommandent qu’Israël ignore l’enquête internationale incluent Yair Lapid, ministre des Finances, la ministre de la Justice Tzipi Livni, le ministre de l’Economie Naftali Bennett, le ministre des Affaires étrangères Avigdor Liberman, le ministre de l’Intérieur Gideon Saar, et le ministre des Affaires stratégiques Yuval Steinitz.

Bennett qualifie la commission d’enquête de « cirque antisémite », alors que Livni dit que la mise en place de la commission « encourage le terrorisme ».

Quant à Lapid, il la qualifie de « ridicule », telle « une honte pour les Nations Unies. »

Les huit autres ministres – dont le ministre de la Défense Moshe Yaalon, et le ministre de la Communication Gilad Erdan, et le ministre de la Science et de la Technologie Yaakov Peri – refusent de commenter.

Questions soulevées sur le cessez-le-feu, alors que les pourparlers continuent au Caire

A quelques heures de l’expiration de la trêve de 72 heures, les Egyptiens continuent à faire la navette entre les délégations israélienne et palestinienne au Caire pour tenter de négocier à la fois une extension de la trêve temporaire et un arrangement sur le long terme.

Cependant, Israël se prépare à la reprise des tirs de roquettes, rapporte la Deuxième chaîne, et les Palestiniens n’ont pas encore répondu à la proposition d’étendre le cessez-le-feu pendant 72 heures supplémentaires.

Le correspondant diplomatique de la Deuxième chaîne, Udi Segal, dit que s’il y a un accord qui fonctionne au bénéfice de président Mahmoud Abbas, les 8 membres du cabinet de sécurité israélien pourraient être divisés moitié-moitié , tandis que Netanyahu n’a pas de droit de vote double dans ce groupe. (Les quatre à soutenir un accord seraient Netanyahu, Yaalon, Livni et Lapid. Les quatre autres pouvant s’y opposer sont Liberman, Bennett, probablement Aharonovitch et éventuellement Erdan.)

Comment Netanyahu pourrait briser cet équilibre ?

Il pourrait ajouter un autre ministre au groupe des 8. Ou, note Segal, il pourrait supprimer un ministre.

Le but des pourparlers vise à permettre à l’Autorité palestinienne de déployer des forces le long de la frontière de la bande de Gaza d’ici janvier 2015, et remplacer ainsi l’armée israélienne qui y est postée.

L’analyste Ehud Yaari de la Deuxième chaîne précise que l’objectif est de maintenir le Hamas sous l’oeil vigilant de l’Autorité palestinienne, et entouré sur tous les côtés.

Cependant, il ajoute, qu’Abbas devra enrôler un nombre important de troupes pour occuper la zone tampon, et se demande ainsi si l’AP sera à la hauteur de cette mission.

Tsahal renforce sa présence militaire à la frontière de Gaza

L’armée israélienne déploie des troupes supplémentaires à la frontière de Gaza avant la fin du cessez-le-feu à minuit en prévision d’une reprise éventuelle des combats, rapporte Ynet.

Netanyahu : Le CDH de l’ONU « légitime les terroristes du Hamas »

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu fustige le Conseil des droits de l’homme (CDH) des Nations unies, affirmant qu’il « accorde une légitimité aux groupes terroristes meurtrières tels que le Hamas et l’ISIS. »

« Plutôt que d’enquêter sur les crimes israéliens commis potentiellement lors de l’opération Bordure protectrice, le CDH devrait se pencher sur le Hamas qui tire des roquettes sur Israël en utilisant la population civile de Gaza comme boucliers humains, ou le massacre de Bashar el-Assad en Syrie, ou l’assassinat par ISIS des Kurdes en Irak, fulmine Netanyahu.

« Le rapport de la commission de l’ONU a déjà été écrit, » allègue le Premier ministre. Son chef, William Schabas, « a déjà décidé que le Hamas n’était pas une organisation terroriste, alors il n’a rien à chercher ici. »

– Raphaël Ahren

Un responsable du Hamas dit qu’un accord est proche

Un responsable du Hamas dit à la télévision palestinienne que l’Egypte a révisé le projet de proposition, et que, à l’exception de certains détails et peaufiner diverses conditions, les deux parties sont proches d’un accord final.

Il dit : D’ici quelques heures, nous serons en mesure de faire une déclaration au peuple palestinien leur assurant que la résistance est sortie victorieuse.

Plus de détails sur la déclaration du Hamas d’un accord imminent

Le fonctionnaire qui publie la déclaration qu’un accord de cessez-le-feu peut être proche, Muhammad Abu Askar, n’est pas un fonctionnaire de haut rang du Hamas.

Abu Askar annonce qu’un nouveau document « avec quelques modifications », présenté par l’Egypte est largement acceptable pour la délégation palestinienne.

La ministre de la Justice Tzipi Livni affirme que le Hamas « doit être affaibli » et doit être « abordé par la force » et ne confirme aucun arrangement imminent.

La médiation égyptienne propose de reporter certains points de désaccord

La médiation égyptienne dans les pourparlers israélo-palestiniens du Caire pour tenter de rendre permanent le cessez-le-feu dans la bande de Gaza a proposé mercredi de reporter à des négociations ultérieures certains points de désaccord persistant, selon un document que l’AFP a pu consulter.

Ces ultimes pourparlers sont cruciaux à environ six heures de l’expiration d’un cessez-le-feu observé depuis lundi.

La délégation palestinienne a en outre réaffirmé à l’AFP que le Hamas, le mouvement islamiste qui contrôle la bande de Gaza, refusait de désarmer comme l’exige Israël.

Les services de renseignements égyptiens, qui conduisent la médiation, ont proposé aux belligérants de s’entendre sur un cessez-le-feu permanent et de reporter d’un mois les discussions sur une exigence-clé des Palestiniens : l’ouverture d’un port et d’un aéroport.

Dans ce même document, les médiateurs proposent aussi de reporter d’un mois les discussions sur un autre sérieux point de blocage des pourparlers : la restitution par le Hamas des corps de deux soldats israéliens tués contre la libération de prisonniers palestiniens.

Egalement, l’Egypte propose un accord de cessez-le-feu permanent prévoyant que la zone-tampon le long de la frontière de la bande de Gaza avec Israël soit graduellement rétrécie et placée sous la surveillance des forces de l’ordre de l’Autorité palestinienne, basée en Cisjordanie et dirigée par Mahmoud Abbas.

Quant à la levée du blocus de Gaza, exigé par les Palestiniens, le document égyptien reste vague, se contentant de dire que des points de passage fermés seraient ouverts en vertu d’accords entre Israël et l’Autorité palestinienne.

– Avec AFP

L’envoyé de l’ONU condamne l’enquête sur l’opération à Gaza

L’ambassadeur d’Israël à l’ONU Ron Prosor appelle d’urgence une réunion avec le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon, et lui demande de dénoncer la nomination de William Schabas à la tête de l’enquête sur l’opération à Gaza.

Dans une critique sévère, Prosor dit que le choix d’une ardente figure anti-Israël est une insulte à l’intelligence, et reflète la faillite morale du Conseil des droits de l’homme.

Ce choix, c’est comme demander à ISIS d’organiser la semaine de la tolérance religieuse à l’ONU, dit-il.

Ron Prosor, émissaire israélien à l'ONU, lors d'un discours au Conseil de Sécurité, le 22 octobre 2013 au siège des Nations unies à NewYork (Crédit : Nations unies)

Ron Prosor, émissaire israélien à l’ONU, lors d’un discours au Conseil de Sécurité, le 22 octobre 2013 au siège des Nations unies à NewYork (Crédit : Nations unies)

Dôme de fer : 90 % de réussite, selon l’armée de l’air

Un fonctionnaire de l’Armée de l’Air d’Israël dit que lors de l’opération Bordure protectrice, le Dôme de Fer a intercepté 90 % des roquettes.

Le fonctionnaire dit que les interceptions échouées étaient dues à des défaillances techniques ou des erreurs opérationnelles, mais affirme que les soldats apprennent de ces erreurs.

Il ajoute que le système de défense anti-missile a abattu 10 mortiers, mais souligne que le système n’est pas équipé pour traiter les obus qui tombent dans les 7 kilomètres de la bande de Gaza.

Au total, quelque 3 500 roquettes ont été tirées sur Israël pendant l’opération, indique l’armée de l’air, y compris quelque 250 projectiles à longue portée. Le Dôme de Fer en a intercepté plus de 600.

Le Hamas met en garde contre « le prix fort » à payer si Tsahal reprend son opération terrestre

Si l’armée israélienne lance une offensive terrestre dans la bande de Gaza une fois de plus, il « payera le prix fort », dit un haut responsable du Hamas, selon Ynet.

Il ajoute que si les demandes du groupe ne sont pas acceptées, la délégation va se retirer du Caire pour consulter la direction du Hamas sur la prochaine étape à poursuivre.

Moubarak dit qu’il a refusé de se rendre en Israël en raison de « l’occupation »

L’ancien président égyptien Hosni Moubarak décrit ses relations diplomatiques avec Israël comme étant délicates, et il dit qu’il n’a pas visité l’Etat juif en raison de considérations politiques.

Ses remarques surviennent alors que se tient son procès.

« J’ai entretenu des relations avec Israël tel un funambule, » dit-il.

« J’ai refusé de me rendre en Israël tant que l’occupation continuait, » ajoute Moubarak.

En dépit de ses déclarations, Moubarak s’est rendu en Israël pour assister aux funérailles de l’ancien Premier ministre Yitzhak Rabin en 1995.

Hosni Moubarak (Crédit : capture d'écran YouTube)

Hosni Moubarak (Crédit : capture d’écran YouTube)

Le père d’un soldat tué dit que son fils est mort en vain

Le père de soldat Dor Dery, âgé de 18 ans qui a été tué dans l’incident d’infiltration au Kibbutz Nahal Oz, dénonce le déploiement de son fils par l’armée, alors qu’il n’avait pas de formation et d’expérience appropriées à ce type de combat.

« J’ai parlé avec les chefs du Commandement Sud et du Commandement central, je leur ai dit que mon fils n’avait pas été suffisamment formé, et qu’il n’avait pas besoin d’y aller. Pas lui, pas son ami. Quelqu’un a fait une erreur ici le long du chemin, [causant] une grave pagaille », dit David Dery de la Deuxième chaîne.

Dor, avec quatre autres soldats, ont été tués le 28 juillet quand les terroristes se sont infiltrés en Israël à partir d’un tunnel de Gaza.

« Ce sont des enfants. Qu’est-ce que vous attendez d’un enfant », ajoute Dery. « La ligne du bas – mon fils est tombé en vain. »

Dery dit qu’avec le recul, il est heureux que son fils a été tué, et que son corps n’a pas été enlevé, comme les hommes armés du Hamas l’avaient prévu.

Dori Dery

Dori Dery

 

Les parents du Sgt. Daniel Kedmi, 18 ans, qui a été tué dans le même incident pensent que des remarques du chef du Commandement Sud Sami Turgeman semblaient jeter le blâme sur les soldats laissant entendre qu’il n’y avait pas eu de réaction appropriée.

« Avant même de voir les [résultats] de l’enquête, il nous a fait sentir qu’ils dormaient et qu’ils n’ont rien fait », dit Tami Kedmi.

Son mari, Boaz ajoute : « C’est douloureux, la déclaration qu’il a faite, avant de vérifier et de tirer des conclusions. Nous n’avons pas reçu toutes les déclarations, personne ne nous a dit ce qui s’est passé ».

En réponse, l’armée israélienne dit que, une fois l’opération conclue, des enquêtes seront lancées et les résultats seront présentés aux familles des victimes.

« Ses remarques n’ont pas dénigré la performance des troupes, mais plutôt expliqué que dans n’importe quelle attaque, nous devons aspirer à avoir la haute main. »

Il souligne que les troupes dans le cadre de l’escadron « ont été formés pour le poste, car elles sont les meilleures troupes de leurs unités sélectionnées, et ont été préparées pour leur mission. »

Daniel Kedmi

Daniel Kedmi

Gantz : Le Hamas sent l’ampleur de son erreur

Le Chef d’état-major de Tsahal Benny Gantz dit que le Hamas sent le poids de ses actions récentes, à commencer par le kidnapping et l’assassinat de Gil-ad Shaar, 16 ans, Naftali Fraenkel, 16 ans, et Eyal Yifrach, 19 ans le 12 juin.

« Le Hamas, qui a débuté cette épreuve avec l’enlèvement des adolescents, sent l’ampleur de son erreur, » dit-il.

Gantz ajoute que l’opération ne peut pas être encore plus juste.

« Nous avons été obligé de sacrifier 64 victimes, et il est possible que nous aurons besoin d’en [sacrifier] plus. Il est possible que l’opération n’est pas terminée ; il est possible qu’elle ne soit pas encore achevée. »

Benny Gantz (Crédit : Shay Wagner/Flash 90)

Benny Gantz (Crédit : Shay Wagner/Flash 90)

Haniyeh : La trêve viendra quand le blocus sera levé

L’ancien Premier ministre du Hamas Ismael Haniyeh dit qu’un cessez-le-feu sera atteint lorsque le blocus de la bande de Gaza sera levé.

« Les menaces des chefs ennemis renforcent seulement notre engagement envers les exigences palestiniennes, au sommet duquel, la levée du blocus, » dit-il à Al-Aqsa TV, chaîne du groupe terroriste du Hamas. « Un cessez-le-feu permanent sera assuré quand la levée du blocus [sera assurée]. »

Le chef du Hamas, ajoute qu’il est « certain que notre délégation au Caire ne cédera pas au chantage. »

Netanyahu et Obama discutent du cessez-le-feu

Le Premier ministre Benjamin Netayahu s’entretient avec le président américain Barack Obama au téléphone pour tenir au courant le leader américain sur les progrès des négociations de cessez-le-feu.