Restitution d’un tableau du 17e siècle volé par les nazis à Paris
Rechercher

Restitution d’un tableau du 17e siècle volé par les nazis à Paris

La toile, "Portrait d'un homme", avait été volée à August Liebmann Mayer, historien de l'art et conservateur de musée

Yann Yochum, (d) Consul adjoint, responsable de la presse et de la politique, au Consulat général de France à New York, serre la main de Markus H. Stoetzel, procureur représentant héritier du Dr August Liebmann Mayer après avoir annoncé le retour de la peinture "Portrait d'un homme" perdu en raison de la persécution nazie à son héritier légitime, le 5 mai 2015 au Musée du patrimoine juif à New York. (Crédit : AFP PHOTO / Eduardo Munoz Alvarez)
Yann Yochum, (d) Consul adjoint, responsable de la presse et de la politique, au Consulat général de France à New York, serre la main de Markus H. Stoetzel, procureur représentant héritier du Dr August Liebmann Mayer après avoir annoncé le retour de la peinture "Portrait d'un homme" perdu en raison de la persécution nazie à son héritier légitime, le 5 mai 2015 au Musée du patrimoine juif à New York. (Crédit : AFP PHOTO / Eduardo Munoz Alvarez)

Un tableau du 17e siècle, volé par les nazis à Paris à un historien de l’art allemand mort à Auschwitz, a été restitué mardi à sa fille, ont annoncé mardi les autorités à New York.

La toile, « Portrait d’un homme », avait été volée à August Liebmann Mayer, historien de l’art et conservateur de musée, après son installation à Paris en 1935, fuyant Munich où il avait été arrêté, torturé et sa propriété saisie.

Mais durant l’Occupation à Paris, son domicile est à nouveau pillé, ses oeuvres d’art en partie confisquées par Hermann Goering, commandant en chef de la Luftwaffe et pillard notoire.

August Liebmann Mayer avait été arrêté, envoyé à Drancy, puis à Auschwitz où il était mort le 12 mars 1944.

En 1945, des oeuvres lui ayant appartenu avaient refait surface en Allemagne.

Certaines avaient été rapatriées en France. « Portrait d’un homme », attribuée à l’école du peintre maniériste italien Giovanni Battista Moroni, avait été ajoutée à la collection des oeuvres spoliées, confiées aux musées de France via les MNR (Musées nationaux Récupération).

La toile avait été exposée au Louvre.

Elle a été restituée mardi à sa fille et seule héritière, qui vit à Los Angeles, à la demande de ses avocats américain et allemand, travaillant avec le bureau spécialisé « Holocaust Claims Processing Office » (HCPO), au sein du département des Services financiers de l’Etat de New York.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...