Suite à l’arrestation d’une femme résidente de l’implantation d’Yitzhar coupable d’avoir débattu de la légitimité de tuer des soldats selon la loi juive dans une mailing liste, les législateurs gouvernementaux ont tenu une réunion d’urgence sur la récente vague de vandalisme du « Prix à payer » mercredi après-midi.

Le ministre de la Justice, Tzipi Livni, le ministre de la Sécurité intérieure Yitzhak Aharonovitch, le procureur général Yehuda Weinstein, le commissaire de police Yohanan Danino, le procureur Shai Nitzan, le sous-procureur général Raz Nizri, et la police, ainsi que des hauts fonctionnaires de l’armée israélienne et du Shin Bet ont participé à la discussion sur la lutte contre la vague de violence et d’extrémisme.

Weinstein s’est engagé à éradiquer le phénomène, en disant : « Nous n’hésiterons pas à faire appel si les peines ne reflètent pas le degré de gravité des actes punis, comme nous le voyons. »

Le terme « Prix à payer » est un euphémisme pour les attaques de haine commises par des extrémistes juifs visant principalement des biens palestiniens et israélo-arabe.

Plus tôt mercredi, Aharonovitch a indiqué à la radio de l’armée, que le gouvernement prévoyait de « recourir à la détention administrative contre ceux qui mènent des attaques dites « Prix à payer ». »

La détention administrative permet la détention des suspects sans procès pendant mois.

Ces ordres, qui peut être renouvelée indéfiniment par une décision de justice, sont presque exclusivement utilisés contre des Palestiniens soupçonnés d’infractions liées à la sécurité.

Bien que la police ait effectué de nombreuses arrestations, il n’y a eu aucune poursuites judiciaires réussissant à condamner des attaques « Prix à payer ».

Devant la pression grandissante, le gouvernement est intervenu en autorisant l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet à prendre les mesures qui s’imposent.

« En tant que ministre de la Justice, j’aurai aujourd’hui une réunion sur les crimes de « Prix à payer » »avec le ministre de la sécurité Intérieure, nous ferons en sorte que la violence contre la loi, contre l’armée israélienne sera traitée avec force et sévérité », a écrit Livni dans un post sur Facebook mercredi matin en réponse à l’arrestation à Yitzhar.

« Ce qui était dicté par l’amour de la terre s’est transformée en un ouest sauvage où est semée la haine contre les Arabes et contre la primauté du droit et de ses représentants, et il ce qu’ils portent n’a pas d’importance : la robe de juge, un uniforme de police, ou un uniforme de Tsahal » a-t-elle écrit.