Le président Reuven Rivlin a rencontré les dirigeants des mouvements réformés israéliens et américains mardi et appelé à l’unité dans le judaïsme et en Israël, dans un effort manifeste visant à réparer les liens avec les groupes juifs non orthodoxes qu’il avait critiqués par le passé.

Lors de la réunion dans sa résidence de Jérusalem, Rivlin a déclaré : « Je peux vous le dire à vous tous, nous sommes une famille et le lien entre tous les Juifs, partout dans le monde, est très important pour l’Etat d’Israël. »

La délégation comprenait plus de cinquante membres du Conseil des gouverneurs de l’Hebrew Union College, séminaire de formation du judaïsme réformé qui a des campus à Jérusalem, New York et Los Angeles. Rivlin a déclaré : « Je connais beaucoup de résidents de Jérusalem qui sont maintenant grands-pères et grands-mères, qui étaient venus ici uniquement pour étudier à l’Hebrew Union College, mais sont ici depuis trois générations. »

Avant qu’il soit élu président, Rivlin a été critiqué pour avoir fustigé les Juifs non orthodoxes. Il s’était opposé l’octroi d’un statut égal aux mouvements réformés et conservateurs et avait indigné dans le passé pour avoir qualifié le judaïsme réformé d’ »idolâtrie », refusant de reconnaître le titre de « rabbins » aux dirigeants réformés.

Cependant, depuis qu’il est devenu président de l’Etat en juillet, Rivlin semble s’être adouci et préconiser une politique d’inclusion plutôt que d’isolement. En septembre, il a affirmé aux dirigeants juifs conservateurs qu’il respectait et reconnaissait «avec amour et sincérité, ceux qui ont choisi une identité juive différente ».

Le chef de délégation, Rabbi Aaron D. Panken, a affirmé au président que le groupe tenait à exprimer sa solidarité avec Israël et son peuple.

« Dans votre fonction de président, vous avez fait preuve d’un véritable leadership dans les domaines des droits pour les citoyens arabes israéliens, de la réconciliation entre les différents groupes, et de la prise en compte des membres de la société israélienne qui ont besoin d’aide», a déclaré Panken.

« Nous sommes, après tout, un peuple et notre bien-aimé État d’Israël doit continuer à valoriser chacun de ses citoyens autant que faire se peut. »

JTA et l’équipe du Times of Israel ont contribué à cet article.