Le président Reuven Rivlin est intervenu lors d’une cérémonie organisée en l’honneur des sept nouveaux qadis – ou juges musulmans – nommés aux tribunaux de la charia en Israël.

Lors de la cérémonie organisée dans sa résidence officielle à Jérusalem, Rivlin a salué l’existence des tribunaux religieux musulmans soutenus par l’Etat, qui dit-il, « reflète la reconnaissance de l’importance sans précédent de la vitalité des communautés, des cultures et des traditions dans le tissu de la vie dans un Etat moderne ».

« L’autorité des tribunaux de la charia – telle qu’elle est garantie par la loi israélienne – reflète pour moi le principe fondamental selon lequel un attachement à la foi, à la tradition, à la culture et à la communauté, n’est pas seulement une question individuelle. Ces affiliations sont un droit fondamental du citoyen dans une démocratie, et par conséquent il en est de l’obligation de l’Etat de soutenir et de favoriser leur développement », a-t-il ajouté.

En terminant son discours Rivlin, dont le père, Yosef Rivlin, a été le traducteur de la première édition en hébreu du Coran, a cité le texte sacré musulman : « en effet, avons-nous envoyé nos messagers avec toutes les preuves de la vérité ; et à travers eux, Nous avons donné la révélation d’en haut et nous vous avons donné un équilibre [de quoi peser bien et le mal], de sorte que les hommes puissent agir avec équité ». « Lorsque la révélation et la balance sont entre vos mains, je vous souhaite du succès dans la préservation de la justice ».

La ministre de la Justice, Ayelet Shaked, qui était également présente, a déclaré : « au cours des dernières années, nous avons vu des nominations semblables dans plusieurs pays musulmans, y compris la Jordanie, l’Egypte et autres. Il n’y a aucune raison pour laquelle Israël, en tant qu’Etat démocratique et progressiste, ne s’aligne pas sur ces courants importants du changement, en harmonie et en respect de l’esprit de la Déclaration d’Indépendance, qui met en avant que l’Etat doit être fondé sur l’égalité des droits pour tous les citoyens indépendamment de la religion, de la race ou du sexe ».