D’après un communiqué de son bureau, le président Reuven Rivlin a rencontré mardi matin les représentants du Centre de recherché américain Pew, qui lui ont présenté leur dernière étude intitulée « La mosaïque israélienne : identité, société et religion », qui a été conduite sur un échantillon de 5 601 Israéliens juifs, musulmans, chrétiens et Druzes.

Le président a déclaré que « ceci est une étude qui doit être placée devant les preneurs de décision en Israël, devant le gouvernement d’Israël. Elle pointe le besoin de répondre à nos problèmes internes, plus que jamais. Quand je me suis exprimé en juin dernier à la conférence d’Herzliya, à propos des quatre tribus de la société israélienne, j’ai souhaité mettre un miroir devant nous où observer. En nous observant en tant que société, il est clair que nous pensons qu’Israël est – en une fois – un Etat démocratique et juif. L’idée que l’Etat d’Israël n’est démocratique que pour ses citoyens juifs est inconcevable et nous devons trouver un moyen de répondre à cela. »

Le président a ajouté que « j’ai parlé l’année dernière à Herzliya du défi social posé par les changements démographiques qui se produisent en Israël. L’éloignement d’un État fait d’une claire majorité laïque aux côtés de minorités religieuses, ultra-orthodoxes, arabes. Les enfants qui rentrent à l’école aujourd’hui sont un portrait clair de ce à quoi la société israélienne ressemble, avec un peu plus d’un quart d’Israéliens laïcs, un quart d’ultra-orthodoxes, un quart d’arabes et un peu moins d’un quart d’orthodoxes modernes. Votre étude met en lumière les fossés de perception qui existent dans l’Etat d’Israël quand il s’agit des sujets de foi, de religion, de culture, de démocratie, et de la connexion entre ces fossés et les affiliations culturelles et religieuses du peuple. »

Il a continué en déclarant que « avec cette étude, nous voyons brutalement notre obligation de travailler plus pour créer plus de compréhension et de familiarité, pour rassembler les différents groupes et communautés. Votre étude et ses observations importantes doivent servir de réveil à la société israélienne pour apporter plus d’examen de conscience et de réflexion morale. Cela me peine de voir le fossé qui existe dans les consciences – religieuses et laïques – du public entre la notion d’Israël en tant qu’Etat juif et en tant qu’Etat démocratique. Je pense que ce sont aussi nos valeurs démocratiques qui sont nées de notre foi juive, un ‘amour de l’étranger’, et l’égalité devant la loi – ce ne sont pas es valeurs étrangères, c’est le judaïsme. »

Il a ajouté : « Un autre problème est l’attitude envers les citoyens arabes d’Israël. Il y a une différence entre la façon avec laquelle les arabes israéliens se perçoivent, avec de hauts pourcentages, comme discriminés, et le nombre de juifs qui pensent avec confiance qu’il n’y a pas de discrimination. Depuis de nombreuses années, j’ai dit que les questions sociales, pas que les sujets de sécurité, était une inquiétude stratégique. Je vous remercie pour m’avoir présenté ceci, et j’espère que nous trouverons le moyen de mieux comprendre la société israélienne, et les défis et les opportunités auxquels elle est confrontée. »

Au nom du Centre de recherche Pew, Alan Cooperman, le directeur de la recherche sur la religion, a présenté les observations du rapport.

Il a déclaré que « sept décennies après la fondation de l’Etat, une grande majorité des juifs israéliens voient Israël comme le foyer national du peuple juif, et le droit à l’aliyah [immigration en Israël] comme un droit naturel. Une grande majorité voit également l’importance de préserver Israël en tant qu’Etat juif et démocratique. Cependant, quand nous demandons ce qui devrait arriver dans le cas de friction entre les valeurs juives et démocratiques, les réponses sont très divisées entre les différents groupes de la société israélienne. Le fossé sur ces sujets existe également entre les populations arabe et juive d’Israël. »