Dans le cadre de la crise qui oppose le gouvernement d’Israël et une grande partie de la communauté juive de la Diaspora, le président Reuven Rivlin a appelé jeudi à une « alliance renouvelée ».

Lors d’une allocution donnée à Sde Boker, à la mémoire du premier Premier ministre d’Israël David Ben Gurion, Rivlin a déclaré que les relations ne devaient plus se limiter à la « philanthropie d’une part et à l’admiration aveugle d’autre part », mais devraient être à l’image de l’engagement envers la justice et l’écoute mutuelle.

« L’heure est venue de renouveler notre alliance, en faveur d’un langage commun, entre Israël et la Diaspora, avant qu’il ne soit trop tard », a dit le président.

« La communauté juive américaine est moins traditionnelle que par le passé, et plus profondément impliquée dans les différents secteurs du leadership américain. Elle se perçoit comme une communauté forte et bien établie, qui aspire à une connexion avec Israël, mais veut une relation égalitaire – et [ne veut pas jouer le rôle] de philanthrope d’une part, et d’admirateur aveugle de l’autre. »

Le président Reuven Rivlin réagissait à l’indignation de nombreux juifs américains sur les propos tenus par la vice-ministre des Affaires étrangères, Tzipi Hotovely, qui a affirmé que les juifs américains sont « des gens qui n’envoient jamais leurs enfants se battre pour leur pays » et qui ont, « pour la plupart, des vies assez confortables. »