Le président Reuven Rivlin a débuté dimanche ses consultations avec les représentants des partis pour la formation d’une coalition gouvernementale, en dénonçant des remarques « haineuses » prononcées pendant la campagne et appelant à la « guérison de la société israélienne.
 
Les rencontres des chefs de parti avec le président, qui est chargé de désigner qui formera le gouvernement, ont commencé cinq jours après les élections.

Le parti Likud du Premier ministre Benjamin Netanyahu a remporté une victoire écrasante de 30 sièges, faisant de lui le candidat le plus probable pour être choisi.

« Le gouvernement qui sera formé peut avoir été choisi par la majorité du public, mais il doit convenir à tous les Israéliens : Juifs et Arabes, de gauche et de droite, du Nord et du Sud, du centre et de la périphérie, » a dit Rivlin.

Le président a déclaré qu’Israël vient de subir une campagne « tumultueuse et remplie de passions », et que « le moment est venu d’entamer le processus de réparation et de guérison de la société israélienne ».

La colère couvait après que bNetanyahu ait appelé ses partisans à se rendre aux urnes en citant un fort taux de participation des Arabes israéliens, et portant des accusations de manipulation.

S’adressant au chef de la Liste arabe unie Ayman Odeh, Rivlin a dénoncé les propos « brutaux et blessants » proférés tant par des candidats juifs qu’arabes au cours de la campagne électorale. Dans la période qui a précédé les élections, un porte-parole de cette liste avait comparé les sionistes à l’Etat islamique.

« Il n’y a pas de place pour de telles remarques, pas pendant les élections et certainement pas après » a-t-il dit. « J’appelle tout le monde, Juifs et Arabes, à s’abstenir de toute incitation mutuelle et de toute provocation ».

Le député Issawi Freij du Meretz a exhorté Rivlin à contraindre Netanyahu de présenter des excuses pour des propos qu’il a tenus le jour-même du scrutin qui ont été désobligeants pour les citoyens arabes israéliens.

« Netanyahu ne s’est pas privé d’utiliser le racisme, avec des mots dont le but était d’attiser la peur primaire des électeurs pour arracher une victoire au bureau de vote, mais cette victoire a été obtenue sur le dos des citoyens arabes d’Israël », a déclaré Freij.

Il a demandé à Rivlin d’exiger de Netanyahu qu’il présente des excuses publiques aux Arabes israéliens « et d’en faire une condition pour recevoir le mandat de mettre sur pied le gouvernement ».

« La mise en place d’un nouveau gouvernement sans ces excuses est susceptible d’aggraver la division et la haine dans la société arabe et causer des problèmes sans fin», a déclaré Freij.

Gilad Erdan du Likud a dit que les membres du parti avaient parlé avec Rivlin sur les obligations du Likud, « vis-à-vis des minorités dans l’Etat d’Israël, si nous devions être amenés à former le prochain gouvernement. »

Son collègue du Likud le député Yariv Levin a déclaré qu’il était désolé que le public arabe israélien « avait choisi un chef de parti qui a annoncé qu’il ne ferait pas partie du gouvernement. Malgré cela, nous nous engageons à former un gouvernement qui va prendre soin de tous les citoyens israéliens ».

Le président a appelé les parlementaires à faire « tout leur possible pour terminer les négociations de coalition dès que possible et de laisser le [gouvernement] commencer à travailler à nouveau ».

Netanyahu devrait former un gouvernement composé des formations de droite et ultra-orthodoxes c’est-a-dire les partis HaBayit HaYehudi, Yisrael Beitenu, le Shas, Yahadout HaTorah et éventuellement Koulanou. Des chefs de partis représentant 61 des 120 membres de la Knesset devraient recommander que Netanyahu soit chargé de former le prochain gouvernement.

Selon le site Walla News, le chef de la Liste arabe unie, Odeh, a dit à Rivlin qu’il ne recommanderait pas Netanyahu, mais a déclaré que si le président nommait Isaac Herzog comme Premier ministre, il serait susceptible d’apporter son soutien au leader de l’Union sioniste.

Un responsable du Likud qui a recquis l’anonymat a été cité dimanche dans Yedioth Ahronoth disant que les délibérations sur la formation d’une coalition gouvernementale devraient être « plus longues et plus difficiles » que prévu.

Le chef de Koulanou, Moshe Kahlon, a indiqué qu’il recommanderait Netanyahu pour le poste de Premier ministre et rejoindrait sa coalition, mais il devrait probablement présenter d’importantes exigences ministérielles.