Rivlin en keffieh : Netanyahu distingue critique et incitation
Rechercher

Rivlin en keffieh : Netanyahu distingue critique et incitation

Une photo du président circulait en ligne en guise de contestation après son refus de gracier Elor Azaria

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors de la réunion hebdomadaire de cabinet dans son bureau de Jérusalem le 6 août 2017 (Crédit : AFP PHOTO / AFP PHOTO AND POOL / GALI TIBBON)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors de la réunion hebdomadaire de cabinet dans son bureau de Jérusalem le 6 août 2017 (Crédit : AFP PHOTO / AFP PHOTO AND POOL / GALI TIBBON)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est exprimé au sujet des photos représentant le président Reuven Rivlin affublé d’un keffieh.

La police a ouvert une enquête pour incitation.

« Dans une démocratie, vous pouvez critiquer tout le monde. Toute critique n’est pas nécessairement de l’incitation, mais elle doit être faite sans keffiehs, sans nœuds coulants, et sans uniformes nazis », a déclaré Netanyahu durant la réunion hebdomadaire du Likud.

« Cela est inacceptable quand cela vise le président ou tout autre représentant du public », a-t-il ajouté, selon son parti.

La photo du président circulait en ligne en guise de contestation après sa décision de ne pas gracier Elor Azaria, le soldat israélien inculpé pour avoir abattu un terroriste palestinien neutralisé.

Le soutien au président est finalement venu de la gauche. « Il est encore permis d’espérer tant qu’Israël a un tel président », a dit le député travailliste d’opposition Omer Bar Lev.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...