La reconstruction de la bande de Gaza est dans l’intérêt d’Israël, mais elle doit aller de pair avec la démilitarisation du Hamas. Sinon une nouvelle guerre fera rage, comme celle qui a tué plus de 2 000 personnes cet été, a déclaré dimanche le président Reuven Rivlin.

Si les besoins de sécurité d’Israël étaient remplis, Gaza pourrait devenir un « paradis » pour ses habitants, a-t-il ajouté.

S’exprimant lors d’une rencontre avec le ministre norvégien des Affaires étrangères Borge Brende, Rivlin a souligné que la reconstruction de Gaza « est l’un de nos intérêts autant qu’il l’est pour l’ensemble du monde libre », mais « la réhabilitation et la reconstruction de Gaza » doivent être liées à « la démilitarisation de la bande de Gaza ».

Sinon, a-t-il expliqué, « les gens du Hamas dépenseront une fois de plus tout l’argent que le monde leur donne pour les aider à reconstruire Gaza, pour des objectifs militaires et attaquer Israël une fois de plus ».

« Nous pouvons arriver à une impasse encore une fois et nous pourrions nous retrouver dans une situation très, très grave » a ajouté Rivlin.

Brende a souligné qu’il était en Israël au mois de juillet et que « cela a été un été très dur pour Israël… Cela a été dur pour Israël et dur pour le peuple palestinien ».

Le ministre norvégien des Affaires étrangères a déclaré : « Je sais maintenant qu’il existe d’importantes négociations sur un cessez-le-feu plus permanent dans la bande de Gaza sous la direction égyptienne et je pense que c’est important » faisant référence aux pourparlers de cessez-le-feu permanents qui doivent débuter au Caire dans deux semaines.

Brende a déclaré que le conflit entre Israël et le Hamas devrait être considéré dans le contexte de la montée de l’Etat islamique en Irak et a noté que « nous ne pouvons pas discuter de la situation entre Israël et les Palestiniens sans considérer un contexte plus large ».