Le président Reuven Rivlin a rendu hommage lundi à Hadar Cohen, la policière tuée à Jérusalem la semaine dernière alors qu’elle combattait trois terroristes palestiniens armés de fusils et de couteaux.

Il a salué son courage et l’héroïsme dont elle a fait preuve lorsqu’il s’est rendu au domicile de ses parents pour présenter ses condoléances.

« Hadar et ceux qui étaient à ses côtés se sont jetés sur le chemin des terroristes » a déclaré Rivlin au père de Hadar. « Nous sommes de tout coeur avec vous, nous sommes fiers de vos enfants qui veillent résolument sur nous ».

Il a ajouté : « Quand vous avez salué votre fille sur sa tombe, le peuple tout entier a salué avec vous. Il est écrit : ‘Sur les murs de la ville de David, je place mes gardes’, aujourd’hui, on devrait ajouter à cela les gardiennes ».

Déployée à la porte de Damas, seulement deux mois après avoir été enrôlée dans la police des frontières, Cohen faisait partie de l’équipe de trois personnes, qui a repéré trois Palestiniens qui se comportaient d’une manière suspecte. L’équipe leur a demandé leurs papiers d’identité. Pendant qu’un terroriste sortait sa carte d’identité, les deux autres ont ouvert le feu et sorti des couteaux pour attaquer les officiers. Les trois terroristes ont été abattus par les officiers sur les lieux.

Hadar Cohen, 19 ans, a été tuée par des terroristes palestiniens Porte de Damas près de la Vieille Ville de Jérusalem le 3 février 2016 (Crédit : police israélienne)

Hadar Cohen, 19 ans, a été tuée par des terroristes palestiniens Porte de Damas près de la Vieille Ville de Jérusalem le 3 février 2016 (Crédit : police israélienne)

« Ils me disent que Hadar est une héroïne d’Israël », a répondu son père au président.

« Je pense aux nombreuses personnes qu’elle a sauvées. Si elle avait survécu, vous seriez venu lui serrer la main pour son courage, mais, à la place nous sommes assis, ici, en deuil alors qu’il y a quelques mois, nous avons célébré son recrutement dans le service national ».

Il a ensuite expliqué au président que la veille de l’attaque, il avait parlé à Hadar au téléphone et il lui avait demandé de prendre soin d’elle. Il lui a dit : « je lui ai demandé d’être vigilante et de regarder tout autour ».

Rivlin l’a réconforté en disant : « elle a été très attentive et savait exactement ce qu’elle faisait. Ses actions ont empêché un grand désastre ».

La mère de Hadar, Sigalia, a dit à Rivlin que sa fille aurait dû fêter son dix-neuvième anniversaire et qu’elle avait toujours eu envie d’être une guerrière israélienne.

« Hadar rêvait dès son plus jeune âge d’être une combattante et elle a réalisé ce rêve. Je souhaite être la dernière mère à être endeuillée et qu’aucune famille ne connaisse une telle douleur », a-t-elle souhaité.

La sœur aînée de Hadar a évoqué la relation étroite qu’elle entretenait avec sa sœur : « Hadar était une enfant chaleureuse et généreuse. Au cours de cette semaine de deuil, nous avons entendu beaucoup d’histoires à son sujet. Je crois que la façon de commémorer sa vie est d’inculquer l’amour et la chaleur qu’elle avait à l’égard de chaque personne ».