Le président Reuven Rivlin a déclaré lors d’une réunion avec des émissaires israéliens dans les pays asiatiques et du Pacifique qu’il « ne croit pas qu’Abu Mazen [le président de l’AP Mahmoud Abbas] sera d’accord pour instaurer une solution diplomatique ».

« Quand vous parlez de deux Etats pour deux peuples, où un pays manque cruellement de tant de choses par rapport à l’autre, il est difficile d’imaginer comment Abu Mazen parviendra à convaincre son peuple à accepter un tel accord ».

Un responsable de l’OLP qualifie la Liste arabe unie d’ « historique ».

Le membre du Comité central de l’OLP Mustafa Barghouti a affirmé que « nous tous » à l’Autorité palestinienne aspirions à ce que le Premier ministre « Benjamin Netanyahu tombe et que son règne prenne fin ».

Cependant, ajoute Barghouti dans une interview accordée au site d’information NRG, « nous ne pouvons malheureusement pas voir beaucoup de différences entre le Likud de Netanyahu et [Isaac] Herzog et [Tzipi] Livni lorsqu’il s’agit de la question palestinienne ».

Barghouti explique que l’ère Netanyahu « était l’ère la plus noire de toute pour les Palestiniens », et il souhaite donc le voir échouer dans cette nouvelle course électorale.

Barghouti trouve un point positif dans ses élections : l’établissement de la liste (arabe) commune.

« C’est une grande chose et cela renforce les liens entre les Palestiniens en Cisjordanie et en Israël. C’est une bonne chose qu’ils aient réussi à s’unir malgré les différentes idéologies que chaque parti a. Nous voyons cette union comme une étape historique pour les Palestiniens en Israël et cela les aidera peut-être à obtenir leurs droits ».