Le président Reuven Rivlin a exhorté les Nations unies à continuer à combattre l’antisémitisme dans le monde lors d’une rencontre, lundi, avec le secrétaire général Ban Ki-moon.

Rivlin a aussi critiqué l’enquête préliminaire de la Cour pénale internationale (CPI) sur les actions israéliennes pendant la guerre à Gaza cet été. Il affirme que le pays pourrait enquêter lui-même sur de possibles méfaits de sa part.

Il a rencontré Ban Ki-Moon à New York, juste avant qu’une violente tempête de neige ne balaie la région, retardant même une intervention du président à l’ONU pour marquer la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste. Rivlin a profité de cette rencontre pour remercier le dirigeant de l’organisation internationale pour ses déclarations contre l’antisémitisme.

« L’antisémitisme affecte toute l’humanité, et j’espère que vous continuerez à mener le combat de l’ONU contre [ce fléau] », a déclaré Rivlin, selon une déclaration de son porte-parole.

« Je veux remercier le secrétaire général pour son engagement inébranlable dans le combat contre l’antisémitisme. »

Rivlin a rappelé la nécessité de combattre l’extrémisme religieux et le terrorisme, un combat qu’il qualifie d’« intérêt international prioritaire ».

La rencontre entre les deux dirigeants a eu lieu une semaine après la conférence de l’ONU contre l’antisémitisme.

Avec Israël en tête de file, 37 nations ont exhorté l’ONU, le 22 janvier, à réagir à la soudaine hausse de l’antisémitisme dans le monde entier. Les émissaires à l’ONU des Etats-Unis, du Canada et de 28 membres de l’Union européenne se sont ralliés à Israël pour organiser cette réunion non-officielle.

Lors de la réunion qui s’est déroulée la semaine dernière, Ban Ki-Moon a déclaré que la lutte contre l’antisémitisme était liée à la quête plus large pour la paix dans le monde et aux droits des hommes.

Il en a aussi profité pour réprimander ceux qui considèrent les griefs contre Israël comme étant de l’antisémitisme.

« Les griefs contre les actions israéliennes ne doivent jamais être utilisés comme prétexte pour s’attaquer aux Juifs. Dans le même temps, les critiques des actions israéliennes ne doivent pas être sommairement considérées comme étant de l’antisémitisme », s’est exclamé le secrétaire général devant l’Assemblée générale.

Rivlin a aussi remercié Ban Ki-Moon pour les efforts qu’il fournit pour la paix entre Israël et les Palestiniens, mais s’est élevé contre la Cour pénale internationale, une instance indépendante liée aux Nations unies, qui a fait savoir qu’elle enquêterait sur Israël pour crimes de guerre contre les combattants palestiniens pendant la guerre de cet été à Gaza.

« Nos soldats sont nos enfants, et je n’ai aucun doute sur le fait que nous sachions comment enquêter sur chaque événement qui a eu lieu pendant le conflit auquel nous avons été forcés de prendre part, et d’en tirer les conclusions nécessaires. Il n’y a aucune force en Israël qui ne soit plus forte que la loi », a déclaré Rivlin.

Selon un porte-parole de l’ONU, Ban Ki-Moon a remercié Rivlin de représenter la voix du calme et de la modération.

Il a aussi exprimé son « horreur » au sujet de l’attaque de Tel-Aviv au cours de laquelle un Palestinien a poignardé 17 personnes pendant l’heure de pointe du matin.

Rivlin est à New York pour son premier voyage d’Etat aux États-Unis en tant que président. Il devait intervenir avec Ban ki-Moon à l’ONU mardi pour marquer les 70 ans de la libération du camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau, mais l’événement a été repoussé à mercredi en raison d’une grande tempête qui paralyse une grande partie du nord-est américain. La tempête a entrainé la fermeture du siège de l’ONU et du métro new-yorkais.

Dimanche, il s’est adressé aux dirigeants de la communauté afro-américaine. Il a comparé la création d’Israël au mouvement des droits civiques, un mouvement qui visait à l’abolition des lois instaurant la ségrégation raciale pour établir une égalité des droits civiques pour les Noirs américains dans les années 1960.

Lors de son discours de dimanche au centre culturel chrétien, il a aussi rappelé l’amitié qui unissait le révérend Martin Luther King et le rabbin Abraham Joshua Heshel. Il a aussi souligné la proximité de la journée de commémoration pour Martin Luther King Jr, qui était la semaine dernière, et de la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste. Pour lui, il ne s’agit « pas d’une coïncidence ».

« J’ai aussi un rêve, que nous entendions une nouvelle fois Dieu frapper à la porte », s’est exclamé Rivlin, en référence au célèbre discours de King à Washington en 1963.

« Je rêve, et je suis persuadé, que Jérusalem, qui est le microcosme du monde, servira d’exemple pour la coexistence entre les différentes religions et les communautés. Les Juifs et les Arabes ne sont pas condamnés à vivre ensemble, nous sommes destinés à vivre ensemble. »

Rivlin a aussi rencontré l’ancien secrétaire d’Etat, Henry Kissinger, lors de ce voyage.

Cependant, il ne rencontrera pas le président Barak Obama pour des questions emplois du temps.

Cathryn J. Prince et JTA ont contribué à cet article