Le président Reuven Rivlin s’est rendu chez la famille de l’adolescent de 15 ans, tué alors qu’il travaillait à l’entretien de la barrière frontalière avec l’Égypte.

Rivlin est allé à Lakiya, un village à dominante bédouine, dans la tente où est observé le deuil de Nimer Bassem Abu Amar.

« Nous sommes tous citoyens du même État, nous sommes tous des êtres humains. La douleur du deuil est la même douleur, qu’il s’agisse d’un enfant de Lakiya, de Jérusalem, de Haïfa ou encore de Tel Aviv », a dit le président après avoir été enlacé par le père.

L’adolescent tué travaillait sur l’entretien de la barrière pour un sous-traitant civil, employé par le ministère de la Défense.

La famille a indiqué qu’aucun fonctionnaire du ministère de la Défense n’est venu à l’enterrement.