Le président Reuven Rivlin a refusé d’autoriser le député arabe Jamal Zahalka à entrer mercredi dans sa résidence officielle de Jérusalem, en raison de la rencontre de ce dernier avec les familles de terroristes palestiniens.

Zahalka, qui dirige le parti Balad au sein de la Liste arabe unie à la Knesset, avait été invité aux côtés d’autres chefs de parti à une réunion avec les dirigeants des autorités arabes locales et régionales en Israël.

Mais l’invitation avait été délivrée avant que Zahalka et ses collègues députés de Balad, Hanin Zoabi et Basel Ghattas, ne rencontrent les proches de Palestiniens tués pendant des attaques ou des tentatives d’attaques contre des Israéliens.

Zahalka n’avait pas répondu à l’invitation le mois dernier, et quand il a essayé de le faire deux heures avant l’évènement de mercredi, on lui a refusé l’entrée car le président ne souhaitait pas le voir puisque accepter sa présence offenserait les citoyens israéliens, selon une information de la Deuxième chaîne.

Le député Jamal Zahalka (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le député Jamal Zahalka (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

A la suite de l’information de la « désinvitation » de Zahalka, les dirigeants des autres partis formant la Liste arabe unie, les députés Ayman Odeh, Ahmed Tibi et Masoud Gnaim ont annulé leur participation.

La résidence du président a déclaré que Zahalka avait été informé en avance que son invitation avait été annulée parce qu’il avait rencontré les familles de Palestiniens ayant tué des Israéliens.

Le ministre des Finances Moshe Kahlon arrivant à la réunion hebdomadaire du cabinet, au bureau du Premier ministre, à Jérusalem le 17 janvier 2016 (Crédit : Amit Shabi / POOL)

Le ministre des Finances Moshe Kahlon arrivant à la réunion hebdomadaire du cabinet, au bureau du Premier ministre, à Jérusalem le 17 janvier 2016 (Crédit : Amit Shabi / POOL)

Le ministre des Finances Moshe Kahlon, la ministre de l’Egalité sociale Gila Gamliel et le directeur du bureau du Premier ministre Eli Groner ont assisté à la conférence, ainsi que 67 dirigeants municipaux arabes.

« Alors que malheureusement, il y a ceux-là, des députés individuels qui cherchent à saboter avec cynisme et malveillance notre capacité à établir la confiance entre nous, néanmoins nous sommes ici aujourd’hui parce que nous croyons en notre chemin », a déclaré Rivlin à la conférence.

Zahalka a déclaré qu’il initialement décliné l’invitation pour protester contre les mesures du gouvernement contre la communauté arabe.

« En y repensant et après des délibérations sérieuses ces derniers jours, et après qu’il a été précisé qu’aucune décision n’était prise dans ces conditions, j’ai décidé de participé et ai informé la résidence du président, mais l’on m’a dit que toutes les chaises avaient été remplies et qu’il n’y avait plus de place. En réaction, les dirigeants de la Liste arabe unie ont annulé leur participation, a déclaré Zahalka. Je ne savais pas que la résidence du président manquait de chaises et ils devraient sérieusement penser à ajouter des financements pour l’achat de chaises supplémentaires. »

Zahalka est sous le coup actuellement d’une suspension de deux mois de certaines activités de la Knesset, imposée par la commission d’éthique de la Knesset pour sa participation à une rencontre avec les familles des attaquants palestiniens, qui incluait une minute de silence.

Les députés arabes israéliens avec les familles des terroristes palestiniens, le 2 février 2016. (Crédit : Palestinian Media Watch)

Les députés arabes israéliens avec les familles des terroristes palestiniens, le 2 février 2016. (Crédit : Palestinian Media Watch)

Zoabi et Ghattas ont chacun reçu une suspension de quatre mois pour avoir assisté à cette rencontre.

Depuis que la nouvelle de cette rencontre avec les familles des attaquants a été diffusé en début de mois, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a promis de faire voter un projet de loi qui permettrait aux députés d’être suspendu de la Knesset jusqu’à la fin de leur mandat pour de tels actes.

Quand Rivlin s’est exprimé contre ce projet de loi, il a également sévèrement critiqué Zahalka, Zoabi et Ghattas pour avoir rencontré les familles.

Pendant la cérémonie du président, Groner et Gamliel ont déclaré que le plan récemment approuvé pour renforcer le secteur arabe en Israël continuerait à avancer.