Le président israélien Reuven Rivlin a affirmé lundi qu’il était opposé au gel de plus de 106 millions d’euros de taxes collectés pour l’Autorité palestinienne, décrété samedi par le gouvernement israélien.

« Geler les taxes ne peut être utile ni pour Israël ni pour les Palestiniens », a déclaré M. Rivlin lors d’une rencontre avec des ambassadeurs en poste en Israël, dans un discours dont l’AFP a reçu une copie.

« Les sanctions contre l’Autorité palestinienne doivent être en accord avec les intérêts israéliens et ce gel des taxes ne l’est pas », a-t-il ajouté.

Israël a gelé dès samedi le versement de 106 millions d’euros de taxes collectées pour le compte de l’Autorité palestinienne. Ces taxes, qui lui sont reversées chaque mois, représentent près de la moitié du budget palestinien.

L’Etat hébreu a déjà utilisé ce moyen de pression, notamment en avril lors de la réconciliation palestinienne entre le Fatah du président Mahmoud Abbas et le mouvement islamiste Hamas, qui rechigne à rendre les clés du pouvoir à Gaza.

Par ailleurs, le président israélien a accusé le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas de continuer « de refuser des négociations directes » et de tenter « d’imposer un accord forcé…justifiant des sanctions ».