« J’ai voulu explorer la relation complexe de l’homme à la machine, tout en poursuivant le ton décalé propre à mes pièces chorégraphiques, » expliquait la chorégraphe Bianca Li en 2013, au lancement de son spectacle.

Robot se produira les 26, 27 et 28 octobre à l’Opéra de Tel Aviv.

Un spectacle étrange où les danseurs évoluent et se meuvent avec des saccades de machines, et les robots sont programmés pour exécuter leur danse avec une grâce aussi fluide que leur permet leurs mécanismes.

« La plus grande difficulté, toutefois, ajoute-elle, a été de travailler pour obtenir des émotions à partir des Robots NAO ».

Si la chorégraphe d’origine espagnole n’a pu leur en faire exprimer, elle a essayé d’exploiter « leur côté enfantin, fait de fragilité et leur gaucherie, que j’ai utilisé dans leurs rapports avec les danseurs, pour rendre sensibles ces petits robots humanoïdes. Pour la première fois, l’idée que ceux-ci puissent devenir des compagnons aimables et attachants, devient évidente pour le grand public ».