L’immigration juive en Israël a atteint un sommet en 2014 avec plus de 36 000 personnes qui ont fait l’alyah.

Selon les statistiques publiées par l’Agence juive et par le ministère de l’Intégration, Israël a connu une hausse de l’immigration de 32 % par rapport à 2013.

Pour la première fois depuis la fondation de l’Etat, la France est passée cette année en tête de liste des pays dont les ressortissants deviennent Israéliens, avec environ 7 000 personnes [plus du quart du total des olim]. Jamais les Juifs français n’ont été aussi nombreux à s’installer en Israël depuis la fondation de l’Etat. Le chiffre est deux fois plus important qu’en 2013.

Roger Cukierman revient largement dans les colonnes du Figaro sur les causes de ce nouvel engouement : « L’émigration massive des Juifs français est le résultat de l’insécurité croissante ressentie dans le pays. Si l’on regarde les actes de violence et de racisme, les agressions antisémites représentent plus de la moitié de ces actes. […] S’ajoute à cela, un sentiment de danger permanent avec les Français qui partent faire le djihad et qui peuvent revenir en France avec la volonté de commettre des attentats, comme Mohamed Merah à Toulouse et Mehdi Nemmouche à Bruxelles. »

Pour le président du CRIF, l’argument de la morosité de l’économie française n’est pas pertinent.

Les crises économiques qu’a déjà connues la France n’avaient pas entraîné une telle alyah de masse.

« Le climat global fait fuir les Juifs français. C’est un échec pour la France, où une population subit des persécutions du fait de ses origines ».