L’acteur français Roger Hanin, mort mercredi à Paris à l’âge de 89 ans, sera inhumé vendredi matin à Alger au cimetière israélite Saint-Eugène où repose déjà son père, a annoncé jeudi un représentant de la communauté juive algérienne.

La dépouille de l’acteur, célèbre pour son rôle de commissaire dans la série télé « Navarro », « doit arriver à bord d’un avion tôt vendredi. Elle sera directement transférée vers le cimetière » où l’inhumation devrait se dérouler en milieu de matinée, a indiqué ce responsable à l’AFP, sous couvert d’anonymat.

Une source à Paris a indiqué que le corps serait transporté par un avion gouvernemental algérien, avec à son bord des membres de la famille et amis proches de l’acteur. A Alger, des sources ont affirmé que le corps quitterait Paris à bord d’un vol commercial, et non de l’avion du président algérien Abdelaziz Bouteflika, comme indiqué initialement mercredi.

A Paris, un dernier adieu sera rendu jeudi à 17H00 à la synagogue de la rue Buffault.

Roger Hanin avait préparé ses obsèques et demandé aux autorités algériennes d’être inhumé à Alger, la ville où il est né le 20 octobre 1925.

« Je suis 100 % casher sur le plan génétique. Je suis fils de communiste et petit-fils de rabbin. Je me sens très juif », disait l’acteur, qui s’était converti au catholicisme en se mariant.

Il sera inhumé à proximité de la tombe de son père, Joseph Lévy, selon le responsable.

Le site de Saint-Eugène Bologhine est le dernier cimetière de la communauté juive d’Alger, qui a été l’une des plus importantes d’Afrique du nord.

Seuls quelque 300 juifs habitent encore en Algérie, la plupart dans la capitale. Leur nombre dépassait les 130.000 à la fin des années 1950 mais la plupart ont décidé d’être rapatriés en France en 1962, à la fin de la guerre d’indépendance.

Roger Hanin était devenu un acteur très populaire grâce à l’immense succès de la série « Navarro » où il campe un commissaire incorruptible. Il a tourné aussi dans près d’une centaine de films, dont « Le coup de Sirocco » où il joue un pied-noir qui, après les événements en Algérie, revient en France.