Du Brésil à la Pologne, en passant par une cinquantaine de destinations: le Salon du Livre de Paris promet de faire voyager les amoureux de la littérature à partir de vendredi.

Le Brésil est cette année mis à l’honneur, comme il l’avait déjà été durant l’édition de 1998 du Salon. Près de 50 auteurs brésiliens ont fait le voyage pour faire découvrir la diversité de la culture de ce pays, comme Bernardo Carvalho, Paulo Coelho, Ana Maria Machado ou Paulo Lins.

Cinquante pays sont représentés et les villes polonaises de Cracovie et de Wroclaw, capitale européenne de la culture 2016, invitées spécialement, seront plus particulièrement sous le feu des projecteurs.

Des éditeurs mais aussi plus de vingt auteurs polonais seront présents, dont Marek Bieńczyk, Iwona Chmielewska, Marek Krajewski et Urszula Koziol. Le cinéaste Roman Polanski animera vendredi une présentation sur le littérature au cinéma sur le stand des deux villes polonaises.

Parmi les temps forts de cette édition, des tables rondes sur la mémoire et sa transmission seront organisés tant par le pavillon du Brésil (« Exil, quête et mémoire », que par celui de la Pologne (« Les tourments de la mémoire juive », et « Parler de l’holocauste aux enfants ? », 70 après la libération des camps).

Parmi les 3.000 auteurs qui viendront dédicacer leurs ouvrages, on trouvera Lydie Salvayre, titulaire du prix Goncourt 2014 pour son roman sur la guerre d’Espagne, « Pas pleurer ».

Mais également David Foenkinos, l’auteur du best-seller « La délicatesse » et plus récemment de « Charlotte », Amélie Nothomb, traduite dans une quarantaine de langues à travers le monde, l’écrivain franco-libanais Amin Maalouf, et l’écrivain-voyageur Sylvain Tesson.

Parmi les écrivains à succès étrangers invités figurent l’Américain Douglas Kennedy ou le Gallois Ken Follett.

Squares thématiques

Le Salon ne représentera toutefois pas tous les éditeurs français. Plusieurs des maisons d’édition du groupe Hachette Livre n’y participeront pas comme Grasset, Fayard ou Calmann-Lévy.

« Les grandes maisons de littérature ont décidé cette année qu’elle préféraient investir leurs moyens » dans d’autre salons, a indiqué Arnaud Nourry, PDG d’Hachette Livre.

« Le centre de gravité est plutôt du côté de la jeunesse et de la BD, mais ça peut changer l’an prochain », a-t-il ajouté.

Les organisateurs du salon ont su depuis quelques années régénérer la formule en ouvrant des squares thématiques dédiés à la cuisine, la jeunesse, ou bien l’art.

Cette année ils y ajoutent un nouveau square ouvert au voyage sous toutes ses formes, des guides touristiques aux récits d’aventure, en passant par les beaux livres.

La « Série Noire », collection mythique de Gallimard qui a fait entrer le polar dans la vie des français, dévoilera pour ses 70 ans les trésors de ses archives : fac-similés de manuscrits, éditions originales, et affiches de films.

Selon les chiffres du Syndicat national de l’édition (SNE), le polar sous toutes ses formes (espionnage, policier, noir et thriller) représente un cinquième des ventes totales de romans pour l’année 2013 en France, en deuxième position derrière les romans contemporains.

De nombreux auteurs de polars comme l’Américaine Patricia MacDonald, mais aussi les Français Maxime Chattam, Dominique Manotti, et Hervé Le Corre représenteront ce genre devenu incontournable.

Le Salon qui avait accueilli près de 200.000 visiteurs en 2014, sera inauguré jeudi soir par la ministre française de la Culture Fleur Pellerin, en présence de ses homologues brésilien et polonais.