L’ambassadeur d’Israël aux Etats-Unis, Ron Dermer, a rejeté la responsabilité de l’incident protocolaire lié à la visite de Benjamin Netanyahu au Congrès américain en mars sur les républicains, dans une déclaration au magazine The Atlantic publiée vendredi.

La Maison Blanche avait fait part de son irritation le 21 janvier à l’annonce par John Boehner, président républicain de la Chambre des représentants, que le Premier ministre israélien avait été invité à prononcer un discours au Congrès.

L’exécutif n’avait été prévenu par les républicains que peu avant l’annonce publique de M. Boehner, apparemment un écart protocolaire en ce qui concerne la visite d’un chef de gouvernement étranger.

Le discours aura lieu le 3 mars, et sera consacré à l’Iran et l’islam radical.

Selon Ron Dermer, les discussions ont commencé début janvier à l’initiative du bureau de M. Boehner, le « speaker » de la Chambre. La décision finale d’inviter M. Netanyahu a été prise la veille de l’invitation publique, a-t-il expliqué dans un questions-réponses par courriel avec un journaliste de The Atlantic.

« On m’a aussi clairement dit qu’il était de la responsabilité du ‘speaker’, et que selon le protocole normal le bureau du ‘speaker’ devait informer l’administration de l’invitation », explique Ron Dermer.

« C’est pourquoi j’ai estimé qu’il n’aurait pas été convenable que j’aborde le sujet avec l’administration, notamment lors de ma réunion avec le secrétaire d’Etat, avant que le ‘speaker’ ne les informe ».

La visite du Premier ministre israélien intervient alors que les républicains tentent de faire adopter par le Congrès une loi de sanctions contre l’Iran avant même la conclusion des négociations internationales sur le nucléaire iranien, malgré la menace de veto de Barack Obama.

« Le Premier ministre et le président ont eu des désaccords, mais le Premier ministre n’a jamais intentionnellement manqué de respect au président », a ajouté l’ambassadeur.