La priorité de l’Iran est de protéger l’accord nucléaire conclu en 2015 face à l’ « ennemi » américain, a assuré dimanche le président iranien Hassan Rouhani lors d’un discours devant le parlement.

« Le principal devoir de notre ministre des Affaires étrangères est de défendre l’accord nucléaire et d’empêcher les Etats-Unis de réussir » dans leur politique, a déclaré Rouhani, en défendant le bilan du chef de la diplomatie, Mohammad Javad Zarif.

« Celui qui défend l’accord nucléaire, il résiste face aux ennemis, face aux Etats-Unis, Israël et certains petits pays de la région qui perturbent » l’application de l’accord nucléaire, a-t-il ajouté.

Rouhani avait indiqué la semaine dernière que l’Iran pourrait quitter l’accord nucléaire si les Etats-Unis continuaient leur politique de « sanctions et coercition ».

Conclu en juillet 2015 entre Téhéran et les grandes puissances, l’accord nucléaire prévoit que l’Iran limite son programme nucléaire à des usages civils en échange de la levée progressive des sanctions internationales.

Mais l’administration américaine du président Donald Trump, hostile à cet accord conclu par son prédécesseur Barack Obama, a imposé une série de sanctions juridiques et financières à l’Iran, non liées aux activités nucléaires après le lancement d’une fusée.

L’Iran a affirmé que ces nouvelles sanctions ainsi que la loi votée par le Congrès américain violait l’accord nucléaire.

Le parlement doit voter ce dimanche la confiance aux ministres présentés par le président Rouhani après plusieurs jours de débats.