L’Iran exige la levée de toutes les sanctions économiques au premier jour de l’application d’un accord avec les grandes puissances sur son programme nucléaire, a affirmé jeudi le président iranien Hassan Rouhani alors que des incertitudes subsistent sur cette question.

« Nous ne signerons aucun accord si les sanctions économiques ne sont pas totalement annulées le jour même de son application », a déclaré M. Rouhani lors d’un discours à l’occasion de la Journée nationale de la technologie nucléaire, retransmis par la télévision d’Etat.

L’Iran et les pays du groupe 5+1 (Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie et Allemagne) ont conclu la semaine dernière à Lausanne un accord-cadre, prélude à un accord final qui doit être signé d’ici fin juin et comprendre tous les détails techniques et juridiques.

Ce document d’étape de 4 feuillets fixe des paramètres sur les points clés de la négociation : enrichissement d’uranium, contrôle et inspections, sanctions et durée de l’accord.

Mais le calendrier de la levée des sanctions est l’un des sujets de désaccords entre les deux parties. Les pays occidentaux, Etats-Unis en tête, veulent une levée progressive, à mesure que les engagements de l’Iran seront vérifiés par l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), le gendarme nucléaire de l’ONU.