Pendant la grève des employés de la municipalité de Jérusalem pour des salaires impayés, des centaines de manifestants ont bloqué lundi matin les artères principales du centre de la capitale, alors que la lutte budgétaire entre la ville et le ministère des Finances s’approfondit.

La police a estimé qu’environ 300 personnes s’étaient rassemblées près de la résidence du Premier ministre pour demander la fin du conflit public entre la municipalité et le Trésor sur le financement de la ville.

Les rues de King George, du KKL, Aza et Agron de Jérusalem ont été temporairement fermées à la circulation, a annoncé la police.

Ailleurs dans la ville, de grandes piles d’ordures perturbaient le tramway. Devant le marché Mahane Yehuda, sur la route de Jaffa, les poubelles non ramassées se répandaient sur les rails, limitant lundi le service au centre de Jérusalem.

La municipalité a annoncé dimanche une grève générale parce que son budget 2017 n’a pas encore été transféré à la ville par le ministère des Finances.

Les lycées et les collèges de Jérusalem ont commencé leurs cours à 10h00, et les programmes de l’après-midi des jardins d’enfants ont été annulés.

Les ordures s'entassent à Jérusalem en raison de la grève de la municipalité, au marché Mahane Yehuda, le 29 janvier 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Les ordures s’entassent à Jérusalem en raison de la grève de la municipalité, au marché Mahane Yehuda, le 29 janvier 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

D’autres services municipaux, comme la collecte des ordures ménagères, des services sociaux, l’administration de la ville et le standard de la municipalité sont en grève depuis dimanche.

Le conflit actuel a entraîné des querelles publiques cinglantes entre des responsables de la ville et des Finances.

La municipalité affirme que si le ministère des Finances ne transfère pas les fonds, elle sera obligée de licencier des employés et que la qualité des services chutera.

Paz Cohen, qui dirige le syndicat des enseignants de Jérusalem, a déclaré dimanche que les professeurs auxiliaires n’avaient pas été payés depuis le début de l’année scolaire, en septembre.

Le maire de Jérusalem, Nir Barkat, au sommet du musée de la Tour de David, le 14 avril 2015 (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Le maire de Jérusalem, Nir Barkat, au sommet du musée de la Tour de David, le 14 avril 2015 (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Nir Barkat, le maire de la capitale, a appelé le ministre des Finances Moshe Kahlon à intervenir personnellement pour garantir que l’argent soit immédiatement transféré, « pour empêcher des souffrances supplémentaires aux habitants de la ville. »

Cependant, le ministère des Finances affirme que l’absence de financement résulte d’une mauvaise gestion, et a demandé au ministre de l’Intérieur Aryeh Deri de nommer un comptable responsable de la ville pour empêcher la municipalité de prendre « en otage [les habitants de Jérusalem] pour des intérêts étrangers ».

En réponse, la municipalité a catégoriquement démenti les accusations de mauvaise gestion contre Barkat, et a accusé le Trésor de mener une campagne médiatique malhonnête.

« Nous sommes désolés que le ministère des Finances utilise une stratégie médiatique mensongère au lieu de renforcer la ville. Les défis de la capitale sont les défis du pays », a déclaré la municipalité dans un communiqué.

« Contrairement aux mensonges du ministère des Finances, pendant tout le mandat de Barkat, la municipalité n’a jamais été en déficit et a même remporté des prix du ministère de l’Intérieur pour la bonne utilisation de ses finances et sa transparence. »