Le ministère des Affaires étrangères de Russie a déclaré vendredi que la décision d’Israël de préparer son retrait de l’Organisation Educative, Scientifique et Culturelle des Nations unies suit « le mauvais exemple des Etats-Unis ».

« La décision prise par les autorités israéliennes, qui choisissent de suivre le mauvais exemple des Etats-Unis, cause seulement des regrets », a déclaré la porte-parole du ministère Marai Zakharova.

Jeudi, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a annoncé qu’Israël commencerait ses démarches pour quitter de l’UNESCO après que les Etats-Unis ont pris leur décision de se retirer quelques heures plus tôt.

Les Etats-Unis ont cité le préjugé anti-Israël de l’Institution des Nations unies avec des considérations financières pour expliquer leurs décisions.

Netanyahu a déclaré qu’il « accueille positivement la décision du président Trump de se retirer de l’UNESCO. C’est une décision courageuse et morale parce que l’UNESCO est devenu le théâtre de l’absurde et parce qu’au lieu de préserver l’histoire, il la déforme ».

Le retrait des Etats-Unis devrait prendre effet le 31 décembre 2018.

Nikki Haley, ambassadrice des Etats-Unis aux Nations unies, pendant une réunion du Conseil de sécurité, à New York, le 29 août 2017. (Crédit : Spencer Platt/Getty Images/AFP)

Nikki Haley, ambassadrice des Etats-Unis aux Nations unies, pendant une réunion du Conseil de sécurité, à New York, le 29 août 2017. (Crédit : Spencer Platt/Getty Images/AFP)

L’ambassadrice américaine aux Nations unies, Nikki Haley, a déclaré dans un communiqué jeudi à la suite de l’annonce américaine de se retirer que « l’objectif de l’UNESCO est bon », mais « malheureusement, sa politisation extrême est devenue un problème chronique ».

Vendredi aussi, l’ancienne ministre de la Culture française Audrey Azoulay a été élue à la tête de l’UNESCO après un vote à grand suspens.

Avec une marge de 30 voix contre 28, Azoulay a battu, de peu, le candidat du Qatar Hamad Bin Abdulaziz Al-Kawari, qui était en tête tout au long du vote de la semaine.

Azoulay, âgée de 45 ans, est arrivée en tête après six tours pour battre Al-Kawari, également ancien ministre de la Culture, qui n’a pas réussi à obtenir le soutien d’autres états du Golfe qui sont impliqués dans un blocus du Qatar conduit par l’Arabie Saoudite.

Azoulay, qui est juive, est la fille d’André Azoulay, conseiller des Rois Hassan II et Mohammed VI du Maroc. Elle a grandi entre le Maroc et la France.

Israël a perdu ses droits de vote à l’UNESCO en 2013, après sa décision de ne plus verser sa participation financière à l’organisation après sa décision d’accorder un statut total de membre à la Palestine en 2011.

Les Etats Unis ont également perdu leurs droits de vote la même année et n’ont pas payé les 80 millions de dollars dus chaque année depuis 2011.

Les Etats-Unis s’étaient déjà retirés de l’UNESCO en 1984 parce que Washington considérait l’organisation comme étant mal gérée et utilisée pour des raisons politiques, puis l’a rejoint en 2003.

Cette année, Israël a cité une décision de l’UNESCO contestant la revendication d’Israël à Jérusalem comme une raison de réduire plus encore le montant qu’il paie annuellement aux Nations-Unies. En mai, Netanyahu a déclaré qu’Israël diminuerait d’un million de dollars supplémentaires ses paiements aux Nations-Unies, pour une diminution totale depuis décembre 2016 à 9 millions de dollars.

Il s’agissait de la troisième fois en moins d’un an qu’Israël a réagi aux résolutions des Nations-Unies qu’elle considéraient comme biaisées contre lui en annonçant une diminution de ses versements à l’institution.

En décembre, après que la Résolution 2334 est passée par le Conseil de Sécurité, Netanyahu a ordonné une baisse de 6 millions de dollars des versements d’Israël aux Nations-Unies. En mars, après que le Conseil des Droits de l’Homme a passé cinq résolutions anti-Israël, Netanyahu a promis de diminuer pour 2 millions de dollars supplémentaires les paiements israéliens.