Le gouvernement saoudien a condamné lundi la politique de construction israélienne en Cisjordanie au moment où l’Etat hébreu s’apprête à voter la loi dite de régulation.

La légalisation de nouveaux logements « est destinée à judaïser de larges territoires en Cisjordanie, dont Al-Qods » (Jérusalem, en arabe), a annoncé le Conseil des ministres au terme de sa réunion hebdomadaire présidée par le roi Salmane.

Cette politique « contrevient à la volonté de la communauté internationale qui refuse tout changement sur le terrain », a-t-il ajouté.

Le Parlement israélien a entamé dans la journée des débats en vue de l’adoption définitive d’une loi qui légaliserait rétroactivement des milliers de logements construits en Cisjordanie et permettrait à Israël de s’approprier des terres privées palestiniennes.

Le texte est débattu alors que le gouvernement de Benjamin Netanyahu, a annoncé plusieurs projets de constructions, après l’investiture du président américain Donald Trump.

Dimanche 22 janvier, premier jour ouvré après la prestation de serment de M. Trump, et le jour du premier entretien téléphonique entre le nouveau président américain et le Premier ministre israélien, la mairie de Jérusalem a donné son feu vert définitif à la construction de 566 logements dans trois quartiers de Jérusalem-Est.

Deux jours plus tard, le gouvernement israélien annonçait la construction de 2 502 logements en Cisjordanie.