Le ministre de l’Intérieur sortant Gideon Saar a accusé le Premier ministre Benjamin Netanyahu vendredi d’avoir agi de façon antidémocratique en essayant d’empêcher l’élection de Reuven Rivlin au poste de président au printemps dernier, et déclaré que sa relation avec le Premier ministre s’était détériorée depuis.

Saar, n° 2 sur la liste du Likoud aux élections de 2013, a annoncé mercredi qu’il quittait le ministère de l’Intérieur et prenait une pause de la vie politique.

La Deuxième chaîne a rapporté vendredi que Netanyahu a proposé au ministre des Communications Gilad Erdan le portefeuille de ministre de l’Intérieur à la place de Saar.

Erdan conserverait sa place au sein du cabinet de sécurité fort de huit membres, s’il acceptait la fonction de ministère de l’Intérieur, selon le rapport TV, même si Saar n’en faisait pas partie.

Erdan aurait demandé au Premier ministre un certain temps pour examiner l’offre. Il envisagerait une offre alternative – être nommé ambassadeur d’Israël aux Nations unies – un poste qu’il a refusé il y a plusieurs années.

Saar, qui a déclaré mercredi qu’il prendrait une pause de la vie politique après les grandes fêtes juives afin de passer plus de temps avec sa famille – il s’est récemment marié avec la présentatrice Gueoula Even – a garanti à la Deuxième chaîne vendredi n’avoir aucun regret sur sa décision, et aucune intention de quitter le Likud.

Selon des rumeurs, démenties par l’intéressé, Saar pourrait s’unir avec l’ancien ministre du Likoud Moshé Kahlon pour former un nouveau parti. « Je suis un homme du Likoud », assure-t-il, ajoutant qu’il dit toujours à son « ami » Kahlon que les deux sont mieux lotis au sein du Likoud.

Saar a déclaré s’être entretenu avec Netanyahu après son annonce de mercredi, mais le Premier ministre n’aurait fait aucun effort pour le dissuader. Lorsqu’on lui a demandé s’il était déçu, Saar a déclaré : « Quand il n’y a pas d’attentes, il n’y a pas de déception. »

Dans une interview vendredi soir à la Dixième chaîne, Saar a déclaré que sa relation de travail avec Netanyahu, déjà fragile, s’est effondrée pendant le processus d’élection du successeur du président Shimon Peres, au printemps dernier.

Netanyahu, non seulement s’est opposé au candidat Likoud Rivlin, a déclaré Saar, mais a également souhaité modifier ou annuler tout le processus électoral afin d’éviter que Rivlin occupe le poste, ce que Saar considère comme « antidémocratique… Vous ne pouvez changer les règles du jeu pendant le jeu ».

« Je lui ai dit que je m’opposais » à une telle mesure, « et je l’ai fait », a déclaré Saar. Netanyahu avait ensuite des choses « désagréables » à lui dire, « mais ma position était claire… et juste ».

Depuis lors, dit-il, les liens entre les deux étaient « moins bons, certainement ». La relation « a changé de manière tout à fait drastique ».

Pourtant, Saar si dit ni amer ni en colère et n’exclut pas de retour sur la scène politique. S’il avait eu l’occasion de briguer la direction du Likud, dit-il, l’aurait considéré.

Il a également affirmé que Kahlon devrait revenir au parti, et non rivaliser avec le Likoud aux prochaines élections. Un sondage a indiqué vendredi qu’un nouveau parti avec Kahlon et Saar pourrait attirer 28 % des voix lors d’une élection.