Le négociateur palestinien Saeb Erekat a reçu jeudi une transplantation pulmonaire dans un hôpital de Virginie.

Erekat, âgé de 62 ans, était « dans un état stable et tous les tests étaient rassurants », a annoncé l’agence de presse officielle Wafa, citant Hosam Zomlot de la délégation générale de l’OLP aux Etats-Unis, avant l’opération.

L’opération a eu lieu à l’hôpital Inova Fairfax, selon Wafa.

Erekat, 62 ans, souffre d’une fibrose pulmonaire qui provoque des cicatrices sur les poumons qui empêchent la respiration et limite la capacité du corps à absorber l’oxygène.

Dans une interview diffusée à la fin du mois de septembre sur la télévision nationale palestinienne, Erekat, qui est secrétaire général du Comité exécutif de l’OLP, a fait ce qui a été considéré comme un message d’adieu au peuple palestinien.

« On m’a diagnostiqué une fibrose pulmonaire il y a cinq ans … et il y a cinq mois, ma santé s’est détériorée. J’ai besoin d’oxygène, marcher est devenu très difficile pour moi, et j’attends une greffe pulmonaire d’un jour à l’autre maintenant », a-t-il déclaré dans l’interview.

« Je veux dire à tout le monde d’être fier. Je suis fier de chaque année que j’ai passée en tant que soldat pour la Palestine. Sachez que l’indépendance de la Palestine est sur son chemin, un Etat palestinien avec des frontières de 1967 avec Jérusalem-Est comme capitale. Cela arrive, c’est un impératif historique », avait déclaré Erekat à l’époque.

Erekat s’est rendu aux Etats-Unis dans le jet privé du président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, avait précisé un reportage datant du mois de septembre. Sa femme et son fils aîné, Ali, étaient avec lui.

Avant cela, Erekat recevait un traitement en Israël.

En août, le ministère de la Santé a démenti le fait qu’Erekat était sur une liste restreinte pour recevoir une greffe pulmonaire du Centre national de transplantation d’Israël. Ce démenti a été fait après que le site d’information hébreu Ynet a rapporté qu’Erekat était sur les listes d’attente pour une greffe pulmonaire aux États-Unis et en Israël.

Ynet a précisé ensuite, citant des fonctionnaires du ministère israélien de la Santé et du Centre national de transplantation, que seuls les citoyens israéliens pouvaient s’inscrire sur la liste nationale. En outre, ont-ils ajouté, l’ordre de priorité sur la liste est déterminée uniquement selon des critères médicaux, sans exception — les greffes vont au patient dans le besoin médical le plus urgent.

Dans les cas où aucun patient israélien ne semble apte à recevoir un organe disponible d’un donneur, il peut être transplanté chez une personne qui n’est pas un citoyen d’Israël, sous réserve que la famille du donneur donne son accord. De tels cas sont rares, selon Ynet, et Erekat aurait été placé au bas de la liste en étant un non-citoyen israélien.

JTA a contribué à cet article.