Saeb Erekat, le responsable palestinien des négociations, s’est rendu à Washington et y attend une greffe pulmonaire après la détérioration de son état de santé ces derniers mois.

Dans une interview diffusée jeudi à la télévision publique palestinienne, Erekat, qui est aussi le secrétaire général du Comité exécutif de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), a présenté ses adieux au peuple palestinien.

Erekat était faible et avait du mal à respirer. Il portait un tube à oxygène dans le nez pendant qu’il parlait de la maladie contre laquelle il se bat depuis quelques années.

« J’ai une fibrose pulmonaire depuis cinq ans […] et il y a cinq mois mon état de santé s’est détérioré. J’ai besoin d’oxygène. Marcher est très difficile pour moi. Et j’attends une greffe pulmonaire d’un jour à l’autre », a-t-il dit.

Erekat, 62 ans, est un pilier du leadership palestinien depuis plus de 20 ans. Il a dit être fier de son peuple. « Dieu nous a bénis en nous faisant Palestiniens. Nous sommes les soldats de la Palestine », a-t-il dit.

Saeb Erekat, n° 2 de l'Organisation de libération de la Palestine. (Crédit : capture d'écran YouTube)

Saeb Erekat, n° 2 de l’Organisation de libération de la Palestine. (Crédit : capture d’écran YouTube)

« Je veux dire à tout le monde d’être fier ; je suis fier de chaque année passée en tant que soldat de la Palestine. Sachez que l’indépendance de la Palestine est en bonne voie. Un état palestinien dans les frontières de 1967, avec Jérusalem Est comme capitale, voilà ce qui arrive ; c’est un impératif historique », a dit Erekat.

La fibrose pulmonaire cause des cicatrices sur les poumons, qui empêchent les échanges gazeux et bloquent la capacité du corps à absorber l’oxygène.

Erekat s’est rendu aux Etats-Unis avec le jet privé du président de l’Autorité palestinienne (AP) Mahmoud Abbas, selon le reportage. Son épouse et son fils aîné, Ali, l’ont accompagné.

Erekat était soigné en Israël.

En août, le ministère de la Santé avait démenti qu’Erekat ait été placé sur la liste des receveurs d’organes du Centre national des greffes d’Israël. Le démenti avait été publié quand le site d’information Ynet avait annoncé qu’Erekat était sur liste d’attente pour une greffe de poumon en Israël et aux Etats-Unis.

Le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas (à droite) et le responsable des négociations pour la paix, Saeb Erekat, signent une candidature pour intégrer les organismes de l'ONU, à Ramallah, en Cisjordanie, le mardi 1er avril 2014. (Crédit : Issam Rimawi/Flash90)

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas (à droite) et le responsable des négociations pour la paix, Saeb Erekat, signent une candidature pour intégrer les organismes de l’ONU, à Ramallah, en Cisjordanie, le mardi 1er avril 2014. (Crédit : Issam Rimawi/Flash90)

Ynet avait ensuite indiqué, citant des responsables du ministère israélien de la Santé et du Centre national des greffes, que seuls les citoyens israéliens pouvaient être enregistrés sur la liste d’attente nationale. L’ordre de priorité de la liste est uniquement déterminé selon des critères médicaux, sans exceptions : les patients ayant le plus besoin d’une greffe sont prioritaires.

Dans les cas où aucun patient israélien ne correspond à un organe disponible, il peut être transplanté à quelqu’un qui n’est pas citoyen israélien, si la famille du donneur est d’accord. De tels cas sont rares, selon Ynet, et Erekat, en tant que non citoyen, serait situé en bas de la liste.

JTA a contribué à cet article.