La procureure générale adjointe Dina Zilber a annulé mardi une interdiction imposée à l’ONG de gauche B’Tselem de recevoir des volontaires du service national.

Sar-Shalom Jerby, chef de l’Administration du Service national, avait déclaré le mois dernier que la décision avait été prise « à la lumière des activités de l’organisation contre l’État d’Israël et les soldats de Tsahal, en Israël et à l’étranger. »

Mais, selon Zilber, Jerby n’a pas fourni suffisamment de preuves pour étayer sa requête.

Zilber souligne que si l’Administration du service national a le pouvoir de bannir certaines organisations radicales inappropriées, ces allégations doivent être soutenues par des preuves convaincantes, selon la radio israélienne.

Cependant, Zilber souligne dans sa déclaration que sa décision ne reflète aucune identification personnelle avec B’Tselem, ou en accord avec son objectif professionnel.

Le groupe de défense des droits de l’Homme a salué la décision.

« C’est une bonne chose que la procureure générale adjointe a montré du doigt l’évidence au dirigeant de l’Administration du service national : un homme occupant une position publique ne doit pas abuser de son autorité à des fins politiques », a indiqué dans un communiqué.

« La tentative très médiatisée de nuire à un organisme civil indépendant, en raison de son aversion personnelle, par une distorsion des faits, n’a pas résisté à l’épreuve de la loi. »

Le 14 août, pendant le conflit de 50 jours entre Israël et le Hamas, Jerby avait écrit qu’il avait révoqué le statut du groupe, en raison de ses activités politiques.

Il avait affirmé que la décision a été prise « au cours d’une période pendant laquelle l’Etat d’Israël se trouvait sous la menace de milliers de roquettes et de missiles sur ses millions de citoyens, et menait une vaste opération pour protéger tous les habitants du pays. »

Trois jours plus tard, le ministère de la Justice avait gelé la décision et convoqué Jerby pour une audience du 24 août, déclarant qu’il avait abusé de ses pouvoirs.

Les femmes religieuses en Israël sont exemptées de l’armée. Certaines choisissent à la place de faire du bénévolat sous forme d’une ou deux années de Service national.

L’organisation de défense des droits de l’Homme a actuellement une place libre pour un bénévole, selon Haaretz.
B’Tselem critique sans ambages la politique israélienne et ses prétendues violations des droits de l’Homme.