WASHINGTON – Bernie Sanders, qui a présenté un discours dans un bastion américain arabe, a déclaré qu’il allait chercher à établir un « terrain plat » dans la politique américaine au Moyen-Orient.

Sanders, un sénateur indépendant du Vermont, qui est le candidat à l’investiture démocrate en vue des élections présidentielles américaines, a déclaré lors d’un rassemblement à Dearborn dans le Michigan, lundi, que les négociations de paix israélo-arabe était un travail ardu.

« Pendant des décennies, il y a eu de la haine et la guerre au Moyen-Orient, tout le monde le sait », a-t-il dit. « Nous avons eu des présidents – Carter, Clinton et les autres – qui ont essayé de leur mieux de résoudre [le conflit] ».

« Tout ce que je peux vous dire est que je ferai tous les efforts nécessaires pour rassembler des personnes rationnelles des deux côtés de sorte que nous puissions espérer avoir un terrain plat, avec les Etats-Unis qui traitent tout le monde dans cette région également ». Sa déclaration a suscité un tonnerre d’applaudissements.

Les groupes arabo-américains se sont longtemps plaints que la politique américaine au Moyen-Orient penchait trop vers Israël.

L’allocution de Sanders, qui a eu lieu la veille de la primaire du Michigan, a fait appel à un groupe important de l’état, et le groupe des américains arabo-musulmans, et c’est peut-être eux qui l’ont aidé à se propulser et, à sa grande surprise, à gagner le lendemain.

Le passage sur la paix israélo-arabe a été extrait de la couverture du C-Span par le Daily Wire, un site conservateur d’actualités et d’opinions.

La position de Sanders, qui est juif, sur la question se rapproche plus de celle Donald Trump, le candidat à l’investiture républicaine que l’autre candidat démocrate, Hillary Clinton, ou de tout autre républicain. Trump a été critiqué par ses rivaux républicains et par Clinton car il a insisté sur le fait qu’il resterait neutre dans la négociation de paix israélo-palestinien.

« Je sais, je sais qu’il y a des gens de bonne volonté en Israël et dans les communautés arabes, ce n’est pas une tâche facile, mais c’est une tâche que nous devons poursuivre », a déclaré Sanders.

« Nous ne pouvons pas continuer à avoir pendant encore 60 ans ce genre de haine et de conflit qui existe au Moyen-Orient ».