Nouvel épisode de la saga Sara Netanyahu. L’ancien intendant de la résidence du Premier ministre a déposé une plainte mercredi contre Benjamin Netanyahu et le bureau du Premier ministre pour conduite abusive durant sa période de travail au service du couple.

Il réclame plus de 1 million de shekels [285 000 dollars] de dommages et intérêts.

Menny Neftali, ancien soldat d’élite de l’armée israélienne, a servi en tant que garde du corps personnel de Sara Netanyahu. Il est le troisième ex-collaborateur des Netanyahu à menacer publiquement le couple d’une action en justice.

Selon la chaîne de télévision Arutz 2, Neftali a fourni une description détaillée des humiliations, des propos racistes et des crises de colère qu’il aurait subies de la part de la première dame.

L’ancien employé de la résidence des Netanyahu aurait également accusé le couple de ne pas avoir respecté certaines obligations d’ordre financier et ne pas s’être acquitté du paiement des heures supplémentaires effectuées.

Menny Neftali (Crédit : capture d’écran/Deuxième Chaîne)

Menny Neftali (Crédit : capture d’écran/Deuxième Chaîne)

Neftali raconte dans la plainte déposée, qu’une nuit, Sara Netanyahu l’a réveillé à trois heures du matin en lui hurlant dessus.

Elle lui reprochait d’avoir acheté du lait dans un emballage en plastique et non en carton. Quand Neftali lui aurait fait remarqué l’heure et le ton de la première dame, le Premier ministre lui-même lui aurait répondu de se conformer aux souhaits de son épouse « afin qu’elle se calme ».

Autre incident relaté : après être rentrée dans la pièce, Mme Netanyahu aurait remarqué qu’un vase étaient rempli de fleurs qui n’étaient pas fraîches. Selon Neftali, elle a jeté alors le vase sur le sol en lui hurlant dessus, l’accusant de mal gérer la résidence. Elle lui aurait crié « qu’une telle chose ne se produirait jamais à l’Elysée ».

Le couple Netanyahu aurait été en négociation l’année dernière avec Neftali afin d’éviter les poursuites judiciaires.

« Au cours des 20 mois pendant lesquels Neftali a été employé dans la résidence du Premier ministre, 29 personnes ont quitté leur poste, et pas d’une manière plaisante »,  a déclaré l’avocat du plaignant.

Accusations rejetées en bloc par les principaux intéressés. Dans un communiqué publié mercredi par le bureau du Premier ministre, Netanyahu a qualifié la plainte de « pathétique » qui n’avait d’autre objectif que de « souiller M. et Mme Netanyahu » afin de leur « extorquer de l’argent ».