Le chef du tribunal religieux ultra-orthodoxe d’Israël, le rabbin Moshe Sternbuch, a affirmé à ses fidèles que le tremblement de terre de la semaine dernière au Népal, qui a tué plus de 7 000 personnes, devait délivrer une leçon au peuple juif.

 

« Le Saint, béni soit-Il, nous a envoyé cet avertissement d’un pays lointain pour nous rappeler qu’une telle sanction existe », a-t-il expliqué dans un cours donné la semaine dernière, comme l’a rapporté le site d’actualités ultra-orthodoxe Kikar Hashabat ce jeudi.

 

La raison de cette punition ? Apparemment, les conversions abusives au judaïsme.

« Nous devons protester jour et nuit, quand des myriades sont convertis dans l’armée et en dehors par des rabbins employés par le gouvernement », a-t-il soutenu à ses fidèles.

 

« Par la loi, ils sont complètement non-juifs, a déclaré Sternbuch. Et après, les filles d’Israël épousent ces gentils, transgressant l’interdiction stricte des relations prohibées. »

 

Ce n’est pas la première fois que d’éminents rabbins ont joué la carte des catastrophes naturelles pour promouvoir leurs agendas politiques ou religieux.

 

En 2012, le rabbin Noson Leiter avait qualifié la tempête Sandy qui avait secoué New York de « justice divine » contre la loi de la ville autorisant les mariages entre personnes de même sexe, faisant allusion à Manhattan comme étant l’un des « centres de l’homosexualité ».

 

Et en 2005, le rabbin, aujourd’hui décédé, Ovadia Yosef, un savant vénéré de la loi juive et chef spirituel du parti Shas, avait affirmé que l’impiété était responsable de l’ouragan Katrina.

Il avait dit : « Il y a eu un tsunami et il y a des terribles catastrophes naturelles, car il n’y a pas assez d’étude de la Torah … Les Noirs résident [en Nouvelle-Orleans]. Les Noirs vont étudier la Torah ? [Dieu a dit] : nous allons apporter un tsunami et les noyer. »