Selon un rapport, le nombre d’étudiants haredi à l’université a triplé
Rechercher

Selon un rapport, le nombre d’étudiants haredi à l’université a triplé

Le Taub Center a déterminé qu'il y a trois fois plus de femmes que d'hommes qui décrochent un diplôme, mais le taux de décrochage reste important

Des étudiants ultra-orthodoxes lors d'une cérémonie de remise des diplômes l'académie de Kiryat Ono, à Jérusalem. (Crédit : capture d'écran YouTube)
Des étudiants ultra-orthodoxes lors d'une cérémonie de remise des diplômes l'académie de Kiryat Ono, à Jérusalem. (Crédit : capture d'écran YouTube)

Le nombre d’étudiants ultra-orthodoxes inscrits dans l’enseignement supérieur a augmenté de manière significative au cours des dernières années, selon les médias.

La communauté harédi, ou ultra-orthodoxe, avait écarté l’enseignement profane de ses institutions. Cette pratique s’est révélée problématique quant à la capacité des membres de la communauté à s’intégrer sur le marché du travail.

Ce rapport, du Taub Center for Social Policy Center in Israel, a déterminé que : « Entre 2008 et 2014, le nombre de harédim inscrits dans des établissements académiques a quasiment triplé, passant de 1 122 à 3 227. » L’étude fait partie du « State of the Nation Report 2016 ».

Le nombre d’étudiants qui terminent leurs études a plus que doublé entre 2012 et 2014, avec trois fois plus de femmes diplômées (1 600) que d’hommes (450), selon l’étude.

Aucune justification à cette soudaine augmentation n’a été donnée.

En dépit de cette augmentation, la communauté ultra-orthodoxe reste à la traîne par rapport au reste d’Israël. En effet, seulement 2,5 % des hommes et 8 % des femmes entre 25 et 35 ans sont titulaires d’un diplôme universitaire, contre 28 % des hommes et 43 % des femmes laïcs.

Comparativement au reste de la population, il y a moins d’élèves ultra-orthodoxe dans les universités. Ils sont plus nombreux à étudier dans des écoles (principalement sur des campus ultra-orthodoxe où les admissions sont plus faciles) et à l’Université ouverte (par correspondance).

Le taux de décrochage chez les étudiants ultra-orthodoxes était de 58 %. Le rapport attribue ce chiffre au fait que la majorité des étudiants ultra-orthodoxes masculins n’étudient pas le programme de base à l’école secondaire.

Cependant, l’étude a prévenu que « sans une modification de leur instruction de base, il semble que ces taux de décrochages resteront élevés ». Le rapport poursuit en disant que « les programmes de classes préparatoires (mehina) et un soutien scolaire adéquat durant les études universitaires pourraient améliorer les chances de réussites des étudiants de la communauté harédi ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...