Les législateurs de l’opposition mardi ont critiqué le gouvernement pour avoir permis aux extrémistes juifs à sévir dans la société israélienne, lors d’une session d’urgence à la Knesset appelée après les deux attaques meurtrières de la semaine dernière.

Les membres de la Knesset ont aussi dénoncé les législateurs de la coalition qui ont été largement absents de la réunion de la Knesset, et ont critiqué le Premier ministre Benjamin Netanyahu pour ce qu’ils ont appelé son silence sur la question.

La session a été ponctuée par des disputes qui ont fait écho dans le plénum en grande partie vide entre les députés de l’opposition et les quelques membres de la coalition.

La réunion a été convoquée par les législateurs de l’opposition en réponse aux attaques mortelles de la semaine dernière qui auraient été commises par des extrémistes juifs.

Jeudi, un homme ultra-orthodoxe a poignardé six personnes à la Gay Pride de Jérusalem, en tuant une adolescente de 16 ans. Vendredi, deux maisons ont été incendiées dans le village palestinien de Duma en Cisjordanie, apparemment par des résidents d’implantations juifs, tuant un enfant de 18 mois et en blessant trois autres membres de la même famille.

Un député de la Liste arabe unie, Ahmed Tibi, a appelé les auteurs de l’attaque à la bombe incendiaire, qui a tué l’enfant palestinien, des « Juifs néonazis » et appelé l’attaque de « Kristallnacht » [Nuit de cristal].

Il a également accusé la politique du gouvernement d’avoir permis à l’assassinat d’avoir eu lieu.

« Ils ont déjà brûlé des maisons palestiniennes à 15 reprises et n’ont pas été arrêtés. Cet assassinat odieux ne sera pas le dernier, parce que la politique ne changera pas, » a-t-il dénoncé.

Le ministre de la Sécurité intérieure, Gilad Erdan, le seul représentant du gouvernement présent à la réunion, a critiqué l’opposition pour ses positions unilatérales et pour avoir réagi uniquement à des attaques contre les Arabes et non à celles menée contre les Juifs.

« Chaque soir et chaque matin je reçois des rapports de cocktails Molotov sur des maisons juives à Jérusalem-Est et les voitures sur la route 443 [en Cisjordanie]. Je ne me souviens pas de vous avoir entendu les condamner… Je ne me souviens pas que vous ayez condamné ou été indignés en raison de l’incitation ou l’encouragement à la terreur arabe », a-t-il souligné.

Tandis qu’Erdan parlait, un chahut a éclaté et les membres de l’opposition l’ont interrompu à plusieurs reprises.

Erdan a également critiqué l’opposition pour ne pas avoir abordé les positions anti-femmes et anti-gay au sein des partis arabes, accusant les politiciens arabes de chercher un « capital politique ».

Le député de Yesh Atid, Yair Lapid, a critiqué les nombreux députés absents, en s’adressant à leurs chaises. « En chacun d’entre eux, se trouve un déserteur de la guerre qui est menée dans la société israélienne », a-t-il déclaré.

« Dans le feu qui anéantit le corps d’Ali Dawabsha, un bébé innocent, il y aura la flamme éternelle des personnes qui ont décidé de ne pas être une chaise vide en ce moment », a-t-il ajouté.

La députée de l’Union sioniste, Stav Shaffir, a posté une photo de la salle vide sur Twitter, où elle a écrit qu ‘ « il aurait été normal que tous soient ici aujourd’hui. Surtout @Netanyahu ».

En réponse, la députée Sharon Gal, d’Ysrael Beytenu, a remis en doute la sincérité de la réunion, la qualifiant de « performance ».

Le député de l’Union sioniste, Erel Margalit, a blâmé la rhétorique de la politique haineuse pour les attaques. « Déjà depuis longtemps, mes membres de la Knesset sont en concurrence entre eux pour savoir qui est le plus extrême dans l’incitation contre les Arabes, contre les [personnes du] LGBT, qui est le plus patriotique à faire taire la gauche, qui fait le plus partie de l’aile droite en critiquant la Cour suprême et la primauté du loi », a-t-il énuméré.

« La haine est devenue la réalité politique et sociale de nos vies », a conclu Margalit.