Les appels pour que la libération de l’espion israélien Jonathan Pollard soit incluse aux pourparlers de paix israélo-palestiniens sont de plus en plus nombreux.

Dans une lettre envoyée à Benjamin Netanyahu, l’ancien soldat captif Guilad Shalit a pressé le Premier ministre d’exiger que la libération de Pollard fasse partie des négociations avec les Palestiniens, révèle Yediot Aharonot dans son édition de lundi.

« Ces jours-ci, je ne peux m’empêcher de ressentir l’immense douleur de Jonathan Pollard, emprisonné depuis 29 ans – cinq fois plus de temps que ma période de captivité, et c’est aux Etats-Unis, notre grand ami. La dernière fois que l’État d’Israël a libéré 80 prisonniers avec du sang sur les mains pour faire un geste envers [Abbas], c’était à la demande des Etats-Unis. Aujourd’hui, selon des articles de journaux, les Etats-Unis demandent encore une fois à Israël de relâcher plus de terroristes dans le cadre de la quatrième vague de libération », écrit Shalit.

Shalit a été libéré par le Hamas en octobre 2011 en échange de plus de 1 000 détenus palestiniens emprisonnés en Israël, de nombreux ayant été condamné pour crime aggravé.